Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 15:35
Avant-propos
(vidéo en fin d'article)

Encore une fois, si je ne peux m'empêcher de ressortir un sujet qui pour certains apparaît comme poussiéreux ou sensible, c'est justement parce qu'en ce moment même, la lutte avance, le vent change de camp, les scientifiques démontrent, les preuves s'appuient, les familles crient, les juges acceptent, les experts démentent la version dite "officielle" , alors il me paraît important d'apporter le soutien dans cette guerre de l'information qui dure et perdure.


Je remet un lien vers ce site qui me parraît indispensable à visiter tant pour les curieux que par ceux qui veulent y chercher une information, véridique, objective et bien travaillée.
Deux reportages aussi me paraissent essentiels pour la compréhension de ce sujet, il s'agit de "Loose change final cut"  et du film "Zéro" produit avec Zéro moyen, le tout est bénévole et durement élaboré.

Aborder les événements du 11 Septembre nécessite de comprendre le contexte historique et géopolitique dans lequel s’inscrit cette tragédie manipulatrice.

A qui profite le crime?

Le PNAC : Project for a New Americain Century

Dans les années 1990, alors que le Président Clinton et les partisans d'un Empire économique avaient choisi une politique d'endiguement de l'Irak, la famille Bush et les partisans d'une stratégie offensive préconisaient au contraire de renverser le régime de Saddam Hussein.
Ces personnes se rassemblèrent au sein du Projet pour un Nouveau Siècle Américain ( Project for the New Americain Century PNAC). Retrouvez à la fin de l'article le lien pour lire la version originale traduite.

Extraits du document Reconstruire les défenses de l'Amérique " Pendant des décennies, les États-Unis ont cherché à jouer un rôle plus permanent dans la sécurité régionale du Golfe. Si le conflit non résolu avec l'Irak fournit la justification immédiate, le besoin de la présence d'une force américaine substantielle dans le Golfe dépasse la question du régime de Saddam Hussein."

Une "mission clé" pour la force militaire US transformée est "de combattre et de gagner de manière décisive des guerres multiples et simultanées sur des théâtres majeurs" selon le PNAC. "La transformation stratégique de la force militaire US en une force impérialiste de domination mondiale exigerait une énorme augmentation des dépenses pour la Défense jusqu'à un niveau minimum de 3,5 % à 3,8% du produit national brut, en ajoutant 15 à 20 milliards de dollars aux dépenses totales annuelles pour la Défense" dit le plan PNAC.


Le PNAC proposait dans son rapport sur l'invasion de l'Irak :  "Le processus de transformation, même s'il apporte des changements révolutionnaires, est susceptible d'être long, en 'absence d'un événement catastrophique catalyseur comme un nouveau Pearl Harbor" . Le 11 septembre est parfaitement défini par cette stratégie du Choc, évoqué edans mon précédent article. Le 11 septembre n'est que le reflet d'une opération menée de longue date, proposant une arme ultime dans son opération médiatique, un événement catastrophique, légitimant les actions de guerre pour le pétrole menées au proche Orient.
 
Le PNAC était le think tank , groupe d'experts, en charge de la rédaction du programme présidentiel de George W. Bush.
En janvier 2001, ce dernier est nommé président des Etats-Unis. Parmi les rédacteurs du PNAC , Donald Rumsfeld (décidément présent partout celui-là!) , Paul Wolfowitz, Richard Perle, Dick Cheney, et d'autres feront partie de son gouvernement. Coïncidence...?
Zalmay Khalilzad est quant à lui nommé en 2003 ambassadeur américain à Kaboul, puis à Bagdad en 2005.

PetroleTorchiereMerEn 2001 , le vice président américain Dick Cheney rendait
public un grand rapport sur la politique énergétique des Etats-Unis. "La nation est en danger, car nous faisons face à la plus grande pénurie depuis l'embargo sur le pétrole imposé par les pays arabes dans les années 1970". Il n'est pas difficile de comprendre alors la volonté de la politique impérialiste étasunienne d'envahir les "pays arabes" à des fins préventives de ressources pétrolières et gazières.

La production des deux plus gros producteurs européens de ressources pétrolières, la Grande Bretagne et la Norvège, avait déjà amorcé son déclin depuis 1999, avec une baisse de 6% par an environ. Le déclin de la production avait également commencé pour 53 autres pays producteurs de pétrole ou de gaz.
Les 4/5è de notre consommation actuelle de pétrole provient de gisements découverts avant 1970.
A l'heure actuelle, nous consommons chaque année 3 fois plus de pétrole que nous en découvrons. Et les nouveaux gisements découverts sont de moins en moins nombreux et de plus en plus difficiles à extraire ou à transformer.

"Lorsque l'offre de pétrole commencera à devenir insuffisante par rapport aux besoins, cela entrainera des changements sans précédents dans l'histoire, avec à la clé un lent mais inéluctable effondrement de l'économie et une guerre des ressources."

Le peak oil
, la fin du pétrole , est une échéance majeure à laquelle les thinks tanks du gouvernement mondial réfléchissent depuis longtemps, en particulier le CFR (Council on Foreign Relations) dont Dick Cheney a été le directeur avant de devenir le vice-président de Bush, et le groupe Bilderberg.
Le contrôle des dernières réserves de pétrole étaient un objectif stratégique du
Project for a New American Century (PNAC), le think tank néo-conservateur d'où provenait la majorité des membres de l'administration Bush. Sous couvert de "lutte contre le terrorisme", le PNAC désignait une cinquantaine de pays pour une intervention militaire des Etats-Unis. Pratiquement tous ces pays étaient comme par hasard des producteurs de pétrole ou de gaz.
Comment nier alors le lien entre les attentats du 11 semptembre avec le peak oil?

L'invasion de l'Irak

Le matin du 12 septembre 2001, sans aucune preuve de l'identité des "pirates de l'air", comme si tout était préparé depuis bien longtemps (ce qui était le cas), Donald Rumsfeld demanda que les États-Unis attaquent l'Irak. Pendant des mois, les dirigeants américains vont désigner l'Irak comme soutien d'Al Qaïda et prétendre que ce pays possédait des armes de destruction massives, malgré les dénégations des experts et inspecteurs des différentes institutions.
A ce jour, ces accusations se sont bien entendus révélées totalement infondées et les preuves inexistantes.
Et le carnage dans ce pays continue...
Et le yémen est aujourd'hui en passe de subir la même terreur, des milliers de civils vont encore en pâtir, injustement... Ce sont toujours les plus faibles qui subissent l'impérialiste pédant des grandes forces oligarchiques et moralisatrices.


Pétrole et écran de fumée ( oil, smoke and mirror)

Dans cette vidéo quelque peu ancienne, (2006) , les analystes économiques et spécialistes prétroliers présentent une face très intéressante de la guerre du pétrole, prévoyant le pic pétrolier autour de 2010.
(Merci à Sity)




"Oil, Smoke & Mirrors" (11 septembre 2001)




PNAC version originale traduite
loose change final cut
Film Zéro

Partager cet article

Repost 0
Published by Léthé - dans 11 septembre
commenter cet article

commentaires

marie 14/05/2010 00:30


Pétrole, écran de fumée, magouille, argent, pouvoir, illusion, embrigadement, nous voici au 21ème siècle...

Merci pour votre article


maestro 01/02/2010 17:59


Les médias, FR2 par exemple, appliquent consciencieusement les consignes données (11) : " Il ne faut pas seulement observer, il faut intervenir, il faut renforcer la lutte anti-terroriste ! " Que
ces choses-là sont joliment dites ! Certes, il y aura des victimes civiles (c'est flou - et les millions de réfugiés des guerres, par exemple ?), mais il s'agit de "frapper les groupes islamiques".
Eh oui, il faut s'habituer, maintenant qu'on a jugulé le "péril communiste", il faut réduire à néant le "péril islamiste". Et après ??? On chuchote qu'il y aura toujours un prétexte, parce que le
complexe militaro-industriel a besoin de vendre ses armes... Et les journalistes gobent tout ? Et les Élus, quand ils sont consultés, donnent les feux verts, ou les crédits, à ces politiques
mortifères, criminelles, réellement terroristes ?


Marie 25/01/2010 14:45


Ce qui est pas mal dans ce document, c'est que c'est une synthèse assez complète de la situation. La leçon est simple: dès que vous voyez du sang couler, il y a de l'argent pas loin. Cette règle a
cours depuis des milliers d'années. Pendant ce temps, en guise d'explications, on nous berce de foi voire d'intégrisme religieux, de désespoir, de lutte du bien contre le mal... je dis pas que ça
n'influe pas sur l'abruti-standard dont le sang coule, mais celui qui décide, c'est celui qui ne meure pas (et qui s'en met plein les poches).


Pierre 24/01/2010 19:08


Le 3 août 2009, une dépêche AFP, vite passée sous silence par les médias marchands annonçait ceci:

"La reprise économique est menacée par une crise énergétique, la plupart des grands champs pétrolifères ayant déjà passé leur pic de production », s’est inquiété lundi l’économiste en chef de
l’Agence internationale de l’énergie (AIE), Fatih Birol.

(...)

Une estimation effectuée sur plus de 800 des principaux champs pétrolifères au monde a montré que la plupart d’entre eux ont déjà atteint leur pic de production et que leurs réserves fondent deux
fois plus rapidement que ce qui avait été calculé il y a deux ans."

Et après on veut nous faire croire à des armes de destruction massives pour embellir l'image d'une guerre du pétrole?

Bien sur!!


Bingo 24/01/2010 19:01


e trouve que ce qui est dit dans ce documentaire est très juste.
Le problème c'est, comme le dit la conclusion, que l'état par défaut de l'être humain est un état de refus-réflexe, où accepter autre chose demande un effort, une volonté...malheureusement aussi
parfois des capacités intellectuelles que tous n'ont peut-être pas. La société, l'école, les médias, rien de tout cela ne cherche à incluquer aux gens un esprit critique : pourquoi l'ordre établi
se tirerait-il une balle dans le pied en incitant les gens à remettre en question cet ordre établi des choses ?
Naturellement, l'Homme a envie de croire aux choses morales, bonnes, bref : agréables. Personne ne veut croire au terrible, à la barbarie, aux choses dérangeantes, et c'est comme ça par définition.
Quand qque chose nous dérange, nous faisons tout pour l'éviter. En termes de pensée, cela revient à refuser de croire. Même quand notre raison nous crie le contraire.
J'ai passé 30 minutes à expliquer à un ingénieur les incohérences de la chute du WTC. A la fin, il a fini lui-même par conclure que c'était impossible : elles seraient tombées en biais, et moins
vite. Sa conclusion ? "Mais je ne peux pas y croire". Quand l'affectif prend le dessus de la raison.
La prise de conscience passe par la douleur, disait un philosophe. C'est bien cela.


La Libre dépêche


 indiscret, bavard, le Cancanier  ce site, libre où vous pourrez piocher l'information, celle là même que l'on essaye souvent de vous cacher ou de vous interpréter.