Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 02:59
De l'aveuglement monétaire

Bien que la population se livre sans cesse à des achats de peu de valeur, pour ses besoins habituels, avec des pièces et des billets, et qu’ainsi accoutumée à ce jeu, les esprits se persuadent que les pièces et les billets constituent la totalité de la monnaie, il est remarquable d’observer que les pièces et les billets n’interviennent quasiment pas dans l’économie; ils représentent en effet moins de 4% de la totalité de la monnaie.
Il existe deux types de monnaies , le « liquide »,  les pièces et billets utilisés par la communauté lors de ses petits achats.
La « monnaie scripturale bancaire», c’est à dire celle dont le montant est inscrit dans les différents comptes, figurant dans le réseau bancaire.
On peut certes, dans certain cas, refuser un chèque – sous prétexte qu’il serait sans provision. Mais on peut aussi refuser un billet, sous prétexte qu’il serait faux. La seule différence apparente, et tout à fait vraie sur le plan théorique, est que la monnaie « scripturale » bancaire, qui figure dans nos comptes, qu'elle soit "vraie" ou "imaginée" n’a pas explicitement cours « légal », ce n'est qu'un chiffre, qu'il soit ou non réel!

Il est clair que le rôle véritable de la monnaie fiduciaire, c’est-à-dire des pièces et des billets, est d’inspirer par l’expérience quotidienne des fausses vérités, afin de contenir le peuple dans l’ignorance de ce qu’est réellement la monnaie, pour conférer aux banques leur pouvoir de création monétaire, et de décideur mondial.
Ainsi, l’essence du mécanisme des deux monnaies réside dans le fait que la création de deux moyens de paiement convertibles par une banque, induit un comportement chez ses clients, qui consiste par commodité, à préférer la détention de l’une des deux monnaies par rapport à l’autre
, ce qui offre l’opportunité, dans un deuxième temps, d’émettre un excédent de cette monnaie.

Les banques font de la monnaie, basée sur une dette, une monnaie qui est belle et bien différente de la monnaie fiduciaire!

Article 104 de Maastricht :

 


Il est interdit à la BCE et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées “banques centrales nationales”, d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite.
 


On ne peut plus depuis 1992 imprimer notre monnaie gratuitement mais on est obligé de se les faire prêter par des banksters privées avec un taux d'usure exorbitant .
Depuis lors, l'état français, au lieu d'emprunter sans intérêt doit émettre des obligations sur les marchés financiers à 4,5% de taux d'intérêt, mais le calcul exact semble plutôt compliqué. Le plus savoureux, c'est qu'au service de la dette de l'état, il est écrit que ceux qui souscrivent à ces obligations sont dispensés d'impôt pour ces sommes prêtées !
Entre 1980 et 2006, la France a payé 1200 milliards d'euro d'intérêt, une somme identique à l'accroissement de la dette dans cette période.
Ce sont ces banksters, multinationales et autres investisseurs privés qui poussent au CREDIT à tout prix, le tout obligeant l'Etat à rentrer dans un cercle vicieu de remboursement impossible dû aux intérets trop importants. Les investisseurs privés s'enrichissent encore plus qu'ils ne l'étaient, ont une influence mondiale, et tirent les ficelles de manière à former un gouvernement mondialisé, basé sur du profit et des magouilles budgétaires.

Le même processus s'est déroulé pour les pays du tiers-monde et le FMI en a profité, au nom de cette dette, pour mener des politiques "d'ajustement structurel" (privatisation de l'eau, de l'électricité, des ports, du téléphone, de la santé, ...)
 

L'explication de la Banque Centrale Européenne et de l’article 104 du traité de Maastrich, ci-dessous évoqué par Etienne Chouard:
(Etienne Chouard, écrivain, journaliste à ses heures,et il est enseignant en économie-gestion et droit fiscal.)









Partager cet article

Repost 0
Published by Léthé - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Envolve 04/02/2010 16:56


La solution est pourtant toute simple.

- vu la supércherie, toutes les banques centrale (et leurs directeurs) doivent être inculpée de fraude et être liquidée.
- Tous les pays doivent contrôler, imprimé et distribuer leurd propre devises. (un pays qui doit payer des interêts, ont aura tous vu)
l'argent ne doit pas être contrôler par une institution privée mais par par le gouvernement (et celà pour chaque pays)

Si celà était possible, le taux d'interêts servirait en fait a payer les impôts du pays (il s'auto financerais) et le peuple ne paierais tous simplement plus d'impôt. (mais ont préfére laisser tous
ces gains aux Banquiers)

De toute façon tout s'écroule car la logique même le prouve et les peuples vont se manifester de manière violente ces prochains mois car le pouvoir d'achat se meurt.


révolté 04/02/2010 11:20


Et ces fumiers du gouvernement et de l'Europe veulent nous faire croire qu'il faut travailler comme des esclaves pour rembourser la dette qu'ils ont eux-même provoqués!

Comparez la Révolution Française avec la situation d'aujourd'hui... Il n'y a qu'à reprendre les paroles de la Marseillaise pour voir que nous sommes dans la même situation!


Mondialisation 04/02/2010 10:46


Pourquoi personne ne parle des Banksters criminels qui poussent au CREDIT à tout prix. Pourquoi personne ne parle de la responsabilité de David Rockefeller et ses différents groupes occultes dont
font partie DSK, Devedjian, Kouchner...etc et qui magouillent derrière notre dos !!!!


Mondialisation 04/02/2010 10:42


Ainsi, l’essence du mécanisme des deux monnaies
réside dans le fait que la création de deux moyens
de paiement convertibles par une banque, induit un
comportement chez ses clients, qui consiste par commodité,
à préférer la détention de l’une des deux monnaies
par rapport à l’autre, ce qui offre l’opportunité,
dans un deuxième temps, d’émettre un excédent de
cette monnaie.
Ce n'est pas une blague!!


Pao 17/01/2010 03:00


L'endettement c'est l'esclavage, l'élite a bien compris comment diriger un pays, et l'on remarque une fois encore que tous ces lobbies et jeux de pouvoirs sont méconnus par la population.


La Libre dépêche


 indiscret, bavard, le Cancanier  ce site, libre où vous pourrez piocher l'information, celle là même que l'on essaye souvent de vous cacher ou de vous interpréter.