Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 14:55

Au cours de la nuit du jeudi 17 au vendredi 18 mai 2012, on a appris que l’agence de notation Moody’s a décidé d’abaisser la note de 16 banques espagnoles d’un seul coup, tout comme elle l’avait fait lundi 14 mai en abaissant d’un coup les notes de 26 banques italiennes.Au même moment, Bankia, quatrième banque cotée espagnole qui vient d’être nationalisée, s’effondrait de -27,5% à la Bourse de Madrid, alors que ses clients, inquiets, ont déjà retiré plus d’un milliard d’euros ces derniers jours.

234866_une-piece-de-2-euros-en-chocolat-en-train-de-fondre-.jpgContrairement à ce qu’affirment les médias, la Grèce n’est que la partie émergée de l’iceberg sur lequel le Titanic européen s’est fracassé depuis la création de l’euro. Car les situations de l’Espagne, de l’Italie, de l’Irlande, du Portugal, de Chypre, pour se limiter aux cas les plus criants, suscitent une inquiétude de plus en plus vive dans les allées du pouvoir européiste. Or cette évolution fatale, qui ne laisse aucun doute sur l’issue de l’euro à plus ou moins long terme, se heurte frontalement au déni de la réalité venu des États-Unis. Comme on a pu le voir dans tous les médias occidentaux, le président américain a en effet réuni ses vassaux au G8 de Camp David pour leur intimer l’ordre, sans ambages, de tout faire pour que la Grèce reste dans la monnaie commune européenne.

Le président américain Barack Obama a appelé lundi les pays européens à une coordination plus efficace pour juguler la crise de la dette dans la zone euro en reconnaissant que ce qui se passait en Grèce avait un impact aux Etats-Unis.
"Le plus important, c'est que l'Europe reconnaisse que ce projet de l'euro signifie plus qu'une monnaie, et qu'il doit y avoir une coordination plus efficace sur le plan de la politique monétaire et fiscale d'un côté et en matière de croissance en général" a déclaré le président Obama lors d'une conférence de presse de clôture du sommet de l'Otan.
Avant le sommet de l'Otan, le président Obama a été l'hôte d'un sommet du G8 à Camp David, Maryland (est), vendredi et samedi, où les dirigeants des pays les plus industrialisés ont plaidé en faveur de la croissance économique pour compenser l'effet de l'austérité budgétaire et appelé de leur voeux le maintien de la Grèce dans la zone euro.

Obama_G8-db93e.jpg

M. Obama a réaffirmé lundi ce souhait tout en refusant de spéculer sur ce qui se passerait si Athènes sortait de l'euro. "Je ne vais pas spéculer sur ce qui va se passer si la Grèce décide de sortir (de l'eurozone), car ils ont une élection et cela va être un sujet important de débat en Grèce" a-t-il affirmé.
"Mais ce qui se passe en Grèce a un impact ici aux Etats-Unis" a ajouté M. Obama.

Les Grecs sont appelés aux urnes le 17 juin et leur sortie de l'euro est ouvertement évoquée.
L’empereur Obama qui n’est lui-même que le jouet de l’oligarchie atlantiste est même allé jusqu’à proposer d’envoyer une équipe de conseillers techniques au sommet européen informel d’aujourd’hui à Bruxelles afin de sauver la présence de la Grèce dans l’euro.Si les dirigeants de Washington sont si inquiets, ce n’est pas seulement par la perspective de voir la situation politique et sociale grecque exploser, conduire à la sortie de l’euro, et provoquer une nouvelle crise économique et financière dans le monde occidental.

NON. Ce qu’ils craignent par-dessus tout, c’est l’effet domino : que la sortie de la Grèce de l'euro ne conduise très vite à celle de l’Espagne, puis de l’Italie, et finalement à l’effondrement de tout l’édifice, dans une dynamique qui aurait de très fortes chances d’entraîner avec elle l’Union européenne elle-même et tous les « acquis » de la domestication atlantiste du continent depuis 60 ans.

Une mobilisation des masses, un éveil des conscience serait ce qu'il y a de plus néfaste pour le maintien de la politique menés par les thinks tank apatrides au sein des institutions gouvernementales.

Partager cet article

Repost 0
Published by Léthé - dans Economie
commenter cet article

commentaires

La Libre dépêche


 indiscret, bavard, le Cancanier  ce site, libre où vous pourrez piocher l'information, celle là même que l'on essaye souvent de vous cacher ou de vous interpréter.