Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 23:50
La fondation Bertelsmann
(vidéo explicative en fin d'article)

Après La marche irrésistible du nouvel ordre mondial, Pierre Hillard publiait il y a six mois son dernier livre , La fondaion Bertelsmnann et la "gouvernance mondiale".

"Lorsqu’on parle d’un  » think tank « , on pense tout de suite à une institution américaine. On ignore souvent la puissance de la fondation Bertelsmann et sa capacité d’influence sur les politiques définies au sein de la communauté euroatlantique.Adossée à la grande entreprise du secteur de l’édition et des médias.
Forte de plus de 300 collaborateurs, la Fondation est capable d’intervenir sur tous les grands sujets qui intéressent les acteurs de la mondialisation, créer les contours d’une "gouvernante mondiale" .
Alors même que la Fondation a largement contribué au consensus transatlantique des trente dernières années, la crise actuelle sert à la Fondation à rebondir : jamais, plaide-t-elle, on n’avait eu autant besoin de cadres globaux pour la communauté internationale. Cette enquête, remarquablement documentée, éclaire bien des décisions politiques des années récentes.
"

Détenant médias, banques, partis politiques, et institutions exécutives, il est évident de trouver ce paysage inquiétant.


gouvernance"La Fondation Bertelsmann
évoque peu de choses auprès des Français.
Nous serions même tentés de dire que cela n’évoque rien du tout. Pourtant, le lecteur doit prendre conscience que les grandes décisions sont toujours conçues par une minorité.
Le peuple prétendu souverain n’a aucune prise sur l’évolution interne et externe du pays.
Le choix qu’il porte sur tel ou tel candidat du système ne change rien à la donne parce que ce dernier est, en fin de compte, le produit de l’oligarchie.
Parvenu au pouvoir, le « poulain » issu de la matrice financière se voit servir tout frais une série de rapports et de documents qui conditionnent sa politique dans tous les domaines.
Ceci est patent dans le cas de la Fondation Bertelsmann."

 


Le marché euro-américain

Les travaux pilotés par la Fondation Bertelsmann vont très loin.

En effet, ses dirigeants poussent à la création d’un véritable bloc économique, un « G-2 » euro-américain encore plus structuré que le G-7 (ou G-8 en incluant la Russie) regroupant les plus grandes puissances industrielles.

Comme le souligne Werner Weidenfeld : « Les données économiques parlent d’elles-mêmes. Plus de 50 % des revenus des compagnies américaines dérivent du marché européen. L’Europe reste le partenaire le plus important du monde américain des affaires» .

Cette volonté de favoriser ce bloc économique euro-américain est le moyen d’assurer la

stabilité économique mondiale domination économique mondiale.

Bien évidemment, c’est aussi une manière d’assurer une prééminence sur des pays émergent, en premier lieu, la Chine. Par conséquent, le groupe « Economie, commerce et finances » préconise l’institutionnalisation d’un véritable outil, le « Trade G-2 » .

Ces directives émanant de ces différents experts et lobbies financiers organisés dans le cadre des séminaires organisés par la Fondation Bertelsmann ont pris forme durant le 1er semestre 2007 lors de la présidence allemande de l’Union européenne.

bertelsmann media ramificationsEn effet, il a été décidé de créer en avril 2007 le « Conseil économique transatlantique » (le CET, Transatlantic Economic Council, TEC) lors du sommet Union européenne-États-Unis à Washington afin de renforcer l’intégration économique transatlantique.

Le CET qui est la transcription du Trade G-2 (« commerce G-2 ») issu des délibérations de la Fondation Bertelsmann a ouvert sa première séance le 9 novembre 2007.

Co-piloté par le vice-président de la Commission européenne, Günter Verheugen lié à Bertelsmann, et Allan Hubbard, directeur du Conseil économique national, les discussions du CET ont porté sur « les possibilités de réduire les obstacles au commerce et aux investissements transatlantiques » en écrasant toute résistance.

Avec la création de la monnaie unique européenne, le dollar côtoie une unité monétaire représentant un pôle économique important. C’est pourquoi, les intervenants invitent fortement les dirigeants des deux économies à s’entendre pour permettre la création d’une " arène monétaire" : " Plus fondamentalement, les États-Unis et l’Union européenne sont non seulement les deux super puissances économiques mais aussi les représentants des deux principales monnaies mondiales."

L'arène monétaire, confirmerait la place de cette nouvelle puissance, lui donnant ainsi une omnipotence quant à la gouvernance des sociétés.

 

La gouvernance mondiale


La Réserve fédérale et la Banque centrale européenne qui sont toutes les deux aux mains des thinks tanks de l'élite gouvernante, rendues totalement ingérables et indépendantes de leurs gouvernements respectifs, constituent l'outil économique de cette gouvernance mondiale.

1993-1994, le Traité de Maastricht a imposé les règles économiques et financières et a fixé les prémisses de la monnaie unique et de la prétendue « harmonisation » des polices (meilleure répression) , des codes juridiques, des programmes scolaires, culturels, sanitaires, etc. ; en 1995 a été signé le Nouvel agenda transatlantique (NAT) aux fins de former un bloc unique entre l’Union européenne et les Etats-Unis au niveau politique, économique et militaire, financé par d’importantes multinationales américaines et européennes telles que Michelin, Boeing, IBM, Microsift, la Deutsche Bank et bien d’autres. D’après les recommandations émanant précisément ces jours-ci du Parlement européen, le marché transatlantique unifié devrait commencer à fonctionner à partir de 2015.


Il est fort aise de comprendre la volonté forte de maintenir une position dominatrice sur le monde économique, et de rester maître dans les décisions globales.

Bien au delà, cette élite oligarchique s'octroie de manière progressive les pleins pouvoirs, empêchant toujours un peu plus un retour en arrière, et une prise de conscience par la population de la présente société embrigadante.

Cette mainmise généralisée de toutes les institutions économiques et exécutives, permet à cette élite gouvernante de garder un contrôle sans faille sur les populations.

Ce nouvel ordre mondial que certains osent encore railler, est en pleine expansion.

L'oligarchie omnipotente qui nous dirige, use de tous les moyens malsains pour arriver à ses fins.

Il est temps d'ouvrir les yeux.

 


Pierre Hillard décrit la fondation Bertelsmann:

 


La Fondation Bertelsmann expliquée par Pierre Hillard-part1

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

picsou 02/02/2010 14:17


Il faut être dans le bon wagon les gars,et,il n’est pas trés grand.


Brassens 02/02/2010 14:03


Et puis ,il faut souligner que si je donne l’argent de mes impôts à une entitée qui ne se trouve pas dans mon rayon de contrôle,c’est à ce jour l’acceptation de me le faire voler car, les
institutions sont surtout préoccupées à générer une opacité qui empêche un véritable contrôle.ILS peuvent ainsi s’abreuver impunément à la fontaine du trésor public.Si l’on donnait nos impôts à bon
escient,depuis trés longtemps l’économie se porterait à merveille.Mais les chacals rôdent…et cultivent un flou comptable incontrôlable. Répondez_moi s’il vous plaît:ne serait-ce pas le blème number
one ? Si l’on payait nos impôts en totalité dans nos communes où nous aurions une grande visibilité quant à la façon dont ils sont employés la confiance serait plus grande,les comptes plus
sains,non?
Il est sûr que si une gouvernance mondiale voit le jour,le contrôle deviendra impossible voire interdit, tout simplement.


Farid 02/02/2010 14:02


Oui laissons faire ce nouvel ordre mondial des banquiers cosmopolites qui décident de tout depuis leurs groupes de réflexion qui n’ont à rendre de compte à personne.
Oui à ce nouvel ordre mondial malthusien
Oui à ce nouvel ordre mondial!!

STTTTTTTTTOOOOOOOOOOOPPPPPPPPPPPPP au virus oligarchique


Phil 28/01/2010 17:30


Très bon article, merci :)


oreol 28/01/2010 09:24


Car le parcours de la Fondation Bertelsmann, devenue un immense conglomérat mondial hyper-puissant et hyper-actif, peut facilement se retrouver dans d’autres activités et d’autres multinationales
noyautées par l’idéologie nouvel-ordre-mondialiste.


La Libre dépêche


 indiscret, bavard, le Cancanier  ce site, libre où vous pourrez piocher l'information, celle là même que l'on essaye souvent de vous cacher ou de vous interpréter.