Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 13:45
Nanotechnologie : la société sous contrôle?


rfid chips cancer-humains
L'insecte Cyborg


Contrôler des insectes à distance pourrait sembler être de la science fiction et pourtant, des chercheurs de Berkeley y seraient parvenus. En 2006, le DARPA (Agence pour les projets avancés de défense) avait lancé le Hybrid Insect Micro-Electro-Mechanical Systems program (HI-MEMS) dont l’objectif final est de convertir des insectes en véhicules aériens autonomes. En février dernier, des chercheurs avaient alors dans le cadre de ce programme, présenté le contrôle d’un papillon de nuit à l’aide de fils électriques reliés à son corps.

Un système de stimulation neuronale

Cette fois-ci, ils ont démontré qu’il était possible de commander à distance des insectes (un coléoptère dans ce cas précis) en vol libre, grâce à des radios miniatures implantées dans le système de stimulation neuronale. Le système est constitué de stimulateurs neuronaux, de stimulateurs musculaires, d’un microcontrôleur et d’une micro batterie.

Une fois l’insecte doté de cet équipement, il est possible de l’obliger à décoller, à s’arrêter, et de contrôler son élévation. Les stimulateurs électroniques placés dans le cerveau et au niveau des muscles sont placés dés la naissance lorsque l’insecte est encore à l’état de larve.
Après sa mutation à l’âge adulte, ces stimulateurs sont toujours implantés dans le corps. Il est alors possible de lancer des stimuli aux muscles et au cerveau pour inciter un décollage ou un changement de direction de vol. Tourner peut ainsi être provoqué par une stimulation asymétrique des muscles à la base des ailes ; un changement d’altitude par une variation de la fréquence du battement des ailes, suite à des stimuli électriques.

Une fois établi, le vol continue même en absence de stimulation supplémentaire. L’insecte alimente son propre vol et se dirige de façon normale; ainsi les stimulateurs neuronaux et musculaires ne sont utilisés que ponctuellement. 

En finançant le programme HI-MEMS, le DARPA souhaite approfondir de façon significative les connaissances en cybernétique sur les insectes, et développer une nouvelle classe d’insectes hybrides mi-biologiques mi-électroniques, dotés de composants contrôlables à distance.
Couple de coleopteres Mecinorhinella torquata Crédits evanherk@creativecommons
Le département de la Défense est largement intéressé par ces nouveaux prototypes car certaines applications pourraient être la transmission de données en provenance de caméras vidéo ou d’écouteurs, ou encore de détecteurs de gaz. La majeure partie des recherches se porte sur la croissance de larves vivantes autour de MEMS électroniques.

Elle est partagée en 3 axes principaux :
- l’élevage d’insectes dotés de MEMS,
- le développement de systèmes de pilotage des insectes,
- les sources d’énergie pour l’alimentation des composants.

Les chercheurs y sont déjà parvenus partiellement au regard des tests réalisés sur les papillons de nuit et les coléoptères.

 

Première vidéo, on peut y voir la ressemblance avec les recherches du scientifique mondialiste Joé DELGADO.

 

 

 

Deuxième vidéo , une évolution édifiante, contrôle du comportement par implantation d'une puce RFID.

 

 

La société sous contrôle?

Comme exprimé dans mon précédent article sur José delgado, ce scientifique est l'un des plus grand nom de la recherche de pointe en neuropsychologie.

D'ailleurs Delgado a exprimé clairement sa façon de penser, sur laquelle se base ses travaux:

 "Nous avons besoin d'un programme de psychochirurgie pour le contrôle politique de notre société. Le but est le contrôle physique de l'esprit. Chacun qui dévie de la norme donnée peut être chirurgicalement mutilé.

L'homme n'a pas le droit de développer sa propre façon de penser. Nous devons contrôler le cerveau électriquement. Un jour les armées et les généraux seront contrôlés par stimulation électrique du cerveau."

 

L'optique mondialiste actuelle est de construire un espace mondialisé, où populations et marchandises se soumettent aux lois du marché. Lois qui donnent tout le pouvoir aux multinationales et groupes d'influences, qui se servent de leur pantins politiciens pour mettre en place leur volonté.

Dans une société liberticide de plus en plus sécuritaire, où une élite gouvernante cherche à tout prix à avoir la main mise sur la population, quitte à utiliser une stratégie de choc et de mensonges pour manipuler les esprits, il apparaît légitime de se questionner quant à la société qui nous enferme tous les jours un peu plus dans son système totalitaire marchand.
Les populations sont de plus en plus aveuglées et embrigadées dans un système où il est difficile (pour ne pas dire impossible) de sortir.
Dans cette conjoncture actuelle de société "psychocivilisée" et élitiste, que pourrait être l'avenir de cette trouvaille au relan d'embrigadement et de contrôle?





Sources:

Référence  : Remote radio control insect flight 

Présentation du projet sur le site de Berkeley(Anglais)

1 Department of Electrical Engineering and Computer Science, University of California at Berkeley, USA
2 Department of Electrical Engineering and Computer Science, University of Michigan, USA
3 School of Life Sciences, Arizona State University, USA

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Léthé - dans Contrôle
commenter cet article

commentaires

Page 05/05/2010 01:44


Article édifiant, waouw, ça fait peur, vraiment...


ROUSSEAU Marion 24/04/2010 09:50


Fascinant article !
Pauvre petit insecte !
=S


bibi 29/03/2010 14:42


L'horreur, la société s'enfonce de plus en plus vers un mélange entre un monde parfait de Huxley et 1984 d'Orwell...


18/02/2010 02:38


On manipule les mouches, on implante des puces rfid, on met en met en place des lois liberticides à outrance, 1984 est tout proche!!

Très bon article!


pyki 05/02/2010 15:13


Là où on commence à faire ce genre de truc à des animaux, on ne tardera pas à le faire à des hommes, c’est l’évidence même.
Sachant que l'homme a déjà du en être le cobaye, mais pas de manière officielle...

On s’arrangera bien pour nous inventer un beau prétexte disant que c’est indispensable, voire même tout à fait moral. Les politiques ne sont jamais à court de sophismes pour « justifier » leurs
entreprises.


La Libre dépêche


 indiscret, bavard, le Cancanier  ce site, libre où vous pourrez piocher l'information, celle là même que l'on essaye souvent de vous cacher ou de vous interpréter.