Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 22:54

Réalité ou fiction?

haarp1Sur un site du département américain de la défense (DoD) à Gakona, en Alaska, l'U.S. Air Force et U.S. Navy ont entrepris, en 1993, de faire construire une station de recherche sur les propriétés de l'ionosphère d'une puissance jusqu'ici inégalée: c'est le programme HAARP, High Frequency Active Auroral Research Program.

Pure recherche scientifique affirment les militaires; étape supplémentaire et risquée dans les tentatives militaires de manipuler l'environnement à des fins hostiles, rétorquent quelques scientifiques et des organisations indépendantes.

 

 

D'où les inquiétudes et la perplexité qu'il suscite, amplifiées encore par la langue de bois, ou les silences, des autorités militaires. HAARP n'est-il que la partie émergée de nouveaux projets militaires, préludes à une nouvelle course aux armements? HAARP risque-t-il de provoquer des dommages irréversibles ou majeurs à l'environnement et aux personnes? Ou bien n'y a-t-il vraiment aucune raison de s'inquiéter?

Plusieurs scientifiques et experts en armement ainsi que des députés du Parlement européen se montrent préoccupés, c'est un euphémisme, par le développement de ce projet.

Magda Haalvoet, une eurodéputée belge, chef de file du groupe des Verts au Parlement européen est en charge du dossier. Elle affirme même que ce type d'armement ("non lethal weaponery"), outre les conséquences écologiques désastreuses qu'il implique, "peut mettre en danger les libertés individuelles et la démocratie". Rien de moins.

 

 



Le projet Haarp (à lire en rapport avec le projet Haarp ,   La pensée, une entité malléable? )

 

haarp01A première lecture, rien ne distingue pourtant HAARP des installations de recherche ionosphériques déjà en fonctionnement. Sauf le gigantisme des puissances évoquées, et le contrôle exclusivement militaire du projet. D'où les inquiétudes et la perplexité de certains, amplifiées encore par la langue de bois, ou les silences des autorités militaires.

HAARP est-il seulement la partie émergée d'un nouveau mégaprojet militaire?

Les initiales HAARP signifient en anglais "High-frequency Active Auroral Research" (recherches dans le domaine des hautes fréquences appliquées aux aurores boréales.) De prime abord, derrière ces initiales un peu ésotériques, se cache un projet de 30 millions de dollars de cotisation annuelle que l'armée américaine présente comme d'innocentes recherches sur l'ionosphère.


Les installations de HAARP seront utilisées pour introduire une quantité, faible ou forte et précise, d'énergie dans un endroit déterminé d'une des couches de l'ionosphère afin d'étudier les processus physiques complexes qui se produisent dans ces régions de plasma naturel créées chaque jour par le Soleil. Selon les promoteurs du projet, les effets de cet apport d'énergie seront limités à un rayon variant de 9 à 40 kilomètres, en fonction de la fréquence d'émission et de l'altitude visée, à la verticale de la station HAARP.
Les émissions de HAARP ont pour objectif de faire réagir des particules chargées de l'ionosphère (électrons libres ou ions positifs), avec un champ électrique externe et artificiel.

L'injection d'une fraction de l'énergie émise par HAARP dans les particules ionisées qui constituent le plasma ionosphérique provoque un accroissement local de la température. A une altitude de 275 km, dans la région F2 dont la température dépasse 1.400°K 18, des expériences menées dans d'autres stations de recherche ionosphérique ont montré qu'il était possible d'accroître localement la température de quelque 30%.

Lorsque les électrons et les ions acquièrent ce supplément d'énergie, leur température augmente, ainsi que leur énergie cinétique: ils se déplacent donc plus rapidement. Dans la région F, cette mobilité accrue a pour effet de réduire la densité électronique.

Les caractéristiques du générateur HAARP agissant comme un transmetteur basse fréquence accordable sur une fréquence choisie, ouvre la voie à une large gamme d'applications possibles dont le sondage du sous-sol,
de la mésosphère, de l'ionosphère et de la magnétosphère.

En Hautes Fréquences, l'émetteur HAARP peut aussi agir comme un radar.


Le projet Haarp contribuer au développement d’un bouclier anti-missiles balistiques intercontinentaux, détruire des satellites par l’échauffement provoqué; opérer une différenciation entre les objets entrant dans l’atmosphère, tels que des missiles et les leurres, ou des astéroïdes;· améliorer les moyens de télécommunication, les interférer et les tronquer, interrompre les moyens de télécommunication sur de larges régions du globe; · modifier la structure chimique de la haute atmosphère et altérer les conditions climatiques à des fins militaires; influencer le comportement et les facultés mentales des individus, à des fins militaires, de maintien de l’ordre ou de contrôle politique (Explication dans le prochain article); affecter la santé des personnes et avoir un impact biologique sur l’environnement.

 

 


Les modifications de la biosphère à des fins militaires, ou à d'autres fins hostiles, sont interdites par une Convention de 1977, dite la Convention ENMOD. Pourtant, le concept de Environmental Warfare fait bien partie du langage et des manuels militaires. Depuis le début des années 90 cependant, alors que se développe aux Etats-Unis une Revolution in Military Affairs (RMA) sensée adapter les forces armées à leurs missions du 21ème siècle, les références aux techniques de modifications environnementales se multiplient.

A quoi ressemble Haarp sur le terrain ? Il s'agit d'une vaste installation qui s'étend sur plusieurs hectares, à Gakona, une petite localité au nord-est d'Anchorage en Alaska. Le coin n'est pas si perdu que cela puisque l'installation jouxte les immenses réserves gazières et pétrolières appartenant à la société Arco, par ailleurs propriétaire des brevets technologiques composant Haarp et "financier-écran" de ces équipements.

 

Les deux principaux instruments requis par les installations de Gakona consistent en un émetteur phased array haute fréquence et de grande puissance (appelé Ionospheric Research Instrument, IRI) utilisé pour stimuler de petits
volumes bien définis de l'ionosphère, et d'un radar à diffusion incohérente (Incoherent scatter radar, ISR) à haute fréquence (HF) qui est nécessaire pour la mesure de la densité des électrons, des températures des électrons et ions, de la masse des ions et de la vitesse des plasmas dans les régions stimulées ainsi que dans l'ionosphère
naturelle. L'efficacité de ces deux instruments, IRI et ISR, est complétée par un ensemble d'équipements développés pour les besoins du programme et considérés comme les plus modernes dans le domaine de la recherche géophysique: ionosonde HF (Incoherent IncidenceSounder, VIS), récepteurs ELF et VLF, magnétomètres, riomètres, un système LIDAR (LIght Detection and Ranging) et des caméras et spectromètres optiques et infrarouges pour l'observation des variations naturelles complexes de l'ionosphère au-dessus de l'Alaska ainsi que pour la détection des effets artificiels produits par l'IRI, le puissant émetteur HF.

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Adélie 02/05/2011 17:30


Pour les septiques, un lien intéressant concernant un extrait d'un rapport du Parlement européen :
http://www.chaos-mondial-organise-resistance-infos.com/article-h-a-a-r-p-interrogations-du-parlement-fran-ais-72321569.html
Cordialement


Pao 15/01/2010 17:01


Société liberticide, ce n'est pas nouveau, le pire est que cette élite qui nous dirige utilise des armes non létales et inconnues pour arriver à leurs fins.

Embrigader ,abrutir, contrôler pour mieux régner, fatale réalité.


Brissot 05/01/2010 15:30


Après la guerre des étoiles, une guerre du climat?

Bien que cela ne reste pour l'instant qu'à un état de savoir-faire et d'utilisation partielle (toutefois déjà hyper inquiétante et dangereuse) l'utilisation du projet Haarp pour le contrôle de la
population pourrait dans une échelle globale pourait s'avérer catastrophique.

Que faut-il aux gens de notre société pour se rendre compte qu'elle est liberticide?


Bingo 23/12/2009 13:23


Surtout que lorsque l'on sait que le climat est donc malléable et modifiable, on imagine très bien le contrôle qu'ils peuvent exercer sur la population.


La Libre dépêche


 indiscret, bavard, le Cancanier  ce site, libre où vous pourrez piocher l'information, celle là même que l'on essaye souvent de vous cacher ou de vous interpréter.