Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 23:05

"Star wars" made in Israel : ou comment les résistants de l'âge de Pierre palestiniens combattent une armée suréquipée.

 

  Il ne s'agit pas ici d'écrire une thèse sur l'origine du sionisme ou du conflit israelo-palestinien et sa pérennisation qui en découle, mais sans en faire non plus un résumé, d'en dresser un regard avec le plus d'objectivité possible, ce qui est périlleux.

Élément clé de son opération « Pilier de défense », Israël a déployé son dispositif d’interception « Dôme de fer ». Objectif : protéger les grandes villes et aéroports des roquettes palestiniennes. Selon l’armée israélienne, depuis mercredi le système aurait un taux de succès de 90%. 

Que dire de ce dispositif de guerre avancé, lorsqu'une puissance armée s'en prend à un peuple de terroristes dangereux cloîtré dans un ghetto qui tente tant bien que mal de survivre et de défendre malgré son manque d'armement ( fourni en parti par l'Iran et la Russie) ?
En termes militaires, l’armement des civils palestiniens équivaut à celui de quelqu’un qui, centré par un tireur dans le viseur télescopique d’un fusil de précision, essaie de se défendre en lui lançant la fusée d’un feu d’artifice.

Que dire alors? Ordonner un ultimatum à Israel pour qu'ils arrêtent de massacrer des civils? Ou appeler les sauveurs du monde et envoyer l'armée américaine qui se fait toujours un plaisir de faire la justice? Et bien, aucun des deux (c'est vrai qu'il n'y a pas de pétrole en Palestine! ) au regard des annonces des différents gouvernements occidentaux, il faut condamner la Palestine (Non vous ne rêvez pas...)

En effet, dans la foulée de Washington, l’UE condamne « le tir de roquettes par le Hamas et d’autres factions, qui ont lancé cette crise ». Et le ministre des Affaires étrangères italien, Giulio Terzi di Sant’Agata, prenant les roquettes pour des missiles, souligne que ce sont « les tirs de missiles qui sont à l’origine de la crise » et que « la limitation de la force de la part d’Israël doit reposer sur la certitude absolue que les tirs de missiles ne se répètent pas ». Version qui serait grotesque si elle n’était tragique.

La nouvelle crise, volontairement amorcée par Tel Aviv avec l’assassinat à Gaza du commandant militaire du Hamas, entre dans la stratégie de l’axe Otan-Israël. Pendant que les gouvernants étasuniens et européens jouent sur la scène internationale le rôle des modérés qui cherchent une solution pacifique au conflit, l’Otan soutient de plus en plus les forces militaires israéliennes.

Ce n’est pas par hasard que l’attaque contre Gaza a commencé le 14 novembre, le jour même où se terminait en Israël la grande manœuvre conjointe Austere Challenge 2012, avec la participation de 3 500 spécialistes étasuniens de la guerre.

Mais on ne meurt pas que par les attaques militaires dans le ghetto de Gaza et dans celui de Cisjordanie, encerclé par le Mur de 750 kms. On meurt chaque jour de pauvreté, de manque de nourriture, eau potable et médicaments. L’alternative est disparaître ou résister.

Les Palestiniens résistent, en revendiquant le droit à un État libre et souverain qui, selon la décision des Nations Unies, aurait dû naître il y a 64 ans à côté de l’État israélien , mais en VAIN.

 

Après cet élan de civisme dont vous devrez m'excuser, voici la présentation du système de défense Israelien : le Dôme de fer.

Ce système rapproché de défense antimissiles plonge le profane dans un univers digne de la Guerre des étoiles. Sa mission : intercepter des missiles à courte voire très courte portée. Au total cinq batteries sont opérationnelles : une près de Tel Aviv,  les quatre autres sont déployées plus au sud pour protéger les localités proches de la frontière avec Gaza.

C’est un radar qui détecte le départ soit d’un obus soit d’une petite fusée. Un missile est alors tiré pour l’intercepter à quelques kilomètres. Tout ça dans un laps de temps très court : « Entre le moment où le tir est effectué et où le système peut intervenir il se passe 15 secondes« , explique Jean-Dominique Merchet, journaliste spécialiste des questions de Défense.

Le système de détection déclenche une sirène dans la localité visée de façon à ce que la population puisse se mettre à l’abri pendant le lancement du missile intercepteur. 

Mis en oeuvre par l’armée de l’air, le système « Dôme de fer » (Kipat Barzel, en hébreu) est opérationnel depuis 2011. Les Israéliens sont les seuls au monde à détenir un tel système, financé en quasi-totalité par les Américains. Il a été déployé pour la première fois en avril 2011, à l’extérieur de la ville de Beersheba, principale ville du désert du Néguev, dans le sud d’Israël.

La presse israélienne estimait au 6ème jour de l’opération, le taux d’interception à 90% – des chiffres précédents parlent de 85%. Il semble donc que les Israéliens disposent d’un système relativement efficace en particulier contre les engins à moyenne portée (en dizaines de kilomètres). Pour l’instant, seules cinq batteries ont été acquises par l’armée israélienne alors que les militaires considèrent qu’il en faudrait entre dix et quinze, en face de Gaza et du Sud-Liban.


 

Kipat Barzel appartient à la catégorie des armes C-RAM : Counter-Rocket, Artillery and Mortar. Il est fabriqué par la société israélienne Rafael. Le système se compose d’un radar EL/M-2084 de détection et de trajectographie, d’un poste de commandement et de trois postes de tir pouvant lancer chacun vingt missiles Tamir. Le Tamir est un engin de 160 mm, 3 mètres de long et 90 kilos.

Evidemment, cela a un prix et il est très élevé : on parle de 50 millions de dollars par batterie… ce qui est moins qu’un avion de chasse. Chaque missile couterait 90.000 dollars. Si l’on rapporte ce prix à celui des engins que tirent les Palestiniens (Qassam ou Fajr, par exemple), c’est considérable. Mais c’est le cas de toutes les guerres asymétriques. De plus, la question du coût est également à relativiser car les Américains financent une grande partie de ce programme (680 millions de dollars cette année), qui les intéressent également.

 

 

 

 

Source vidéo : Journal du siècle

Sources : L'express.be

Partager cet article

Repost 0
Published by Léthé
commenter cet article

commentaires

_____________ 23/11/2012 20:37

Le missile qui intercepte, c'est vraiment devenu un laboratoire de torture gaza!!

Allez on enferme des indigènes, on leur pique leur eau potable pour leur revendre ensuite, on détruit leur bâtiment école et universités, et on s'amuse à les bombarder avec nos nouveaux joujous
pendant que nous faisons un pique nique pour admirer notre investissement militaire...
Pitoyable

Rosen 23/11/2012 13:56

Une fois de plus, 1,7 million de personnes, la plupart des réfugiés qui vivent dans ce qui constitue la plus grande prison à ciel ouvert du monde, subissent une attaque militaire massive de la part
de la nation la plus militarisée en possession des armes étasuniennes les plus performantes. Et les gouvernements occidentaux détournent les yeux devant lle massacre israélien en disant qu'Israël a
le droit "de se défendre contre les salves de roquettes lancées de Gaza contre les civils israéliens."

HAARPie 22/11/2012 13:50

A 900 mille dollars la journée, le génocide n'a pas de prix...

La Libre dépêche


 indiscret, bavard, le Cancanier  ce site, libre où vous pourrez piocher l'information, celle là même que l'on essaye souvent de vous cacher ou de vous interpréter.