Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 23:07

Le tout puissant Rupert Murdoch a eu beau multiplier les excuses. Elles n'ont pas suffi. A 80 ans, le ponte de la presse, américain d'origine australienne, qui se vantait d'avoir fait élire tous les premiers ministres britanniques depuis les années 70, est contraint au profil bas.

blood-and-paper-300x212.jpgEn effet après les révélations à scandale entourant l’ancien journal britannique News of the World, tout a pris une tournure des plus surprenante après l’annonce du décès du journaliste Sean Haore, le premier à avoir dévoilé les prétendues pratiques d’écoute téléphonique au sein du fameux journal.

Selon le site Internet du Guardian, Sean Hoare, l'ancien journaliste de News of the World à l'origine de nombreuses révélations dans l'affaire des écoutes téléphoniques, a été retrouvé sans vie à son domicile Watford, à environ 40 km au nord-ouest de Londres.

Sans parvenir à en préciser la cause les notables omnipotent font tout pour nous assurer que cette mort n'est pas suspecte, allant jusqu'à nous affirmer que l'homme avait des   problèmes d'alcoolisme et de drogues afin de nous démontrer qu'aucun lien ne peut être fait avec le tout puissant Murdoch.

Bien entendu, camoufler un meurtre n'a rien de suspect... Non rien...

Dans un article du New york Times, M. Hoare avait été cité à l’effet que les pratiques d’écoute téléphonique étaient fréquemment employées et encouragées .

 

 

 

Les soldats de l'ombre

 

Après l'alliance des groupes de hackers Anonymous et Lulz security afin de lutter contre un despotisme financier malsain, les voila à nouveau passé à l'action aujourd'hui pour s'attaquer à plusieurs sites du groupe de médias News Corporation.

Si les informations tombent aussi facilement, ce sont eux qu'il faut remercier. les opérations avaient un objectif simple: récupérer et diffuser le plus d’informations gouvernementales confidentielles possible, et attaquer les multinationales et autres cartels liberticides.

Afin de signer leur acte de piratage les soldats de l'ombre ont pirater l'ancien site du journal en y annoncant  la (fausse) mort de son fondateur Rupert Murdoch.

C’est à nouveau une véritable déclaration de guerre contre les institutions dominantes qui souhaite imposer leur shémas de société et leur loi sur Internet.

LulzSec a ainsi publié sur la page d'accueil du journal britannique l'information selon laquelle "Rupert Murdoch, le magnat des médias controversé, a été selon certaines informations trouvé mort dans son jardin", après avoir ingéré "une grande quantité de palladium", un métal utilisé dans les alliages dentaires. Blague faisant allusion au meurtre du journaliste couvert sous l'apparence grotesque d'une overdose.

Par la suite, les internautes tentant de visiter la page du Sun se retrouvaient sur le compte Twitter des hackers.

De plus, il était impossible de se connecter à la page de News International, la branche britannique de l'empire News Corporation.

"Nous avons pris possession du Sun/News of the World", a revendiqué le groupe dans un message sur twitter:  "Ce n'est que la phase 1 - attendez-vous à voir la vague déferler dans les jours qui viennent", ajoute le groupe."Nous sommes assis sur leurs e-mails. Un communiqué de presse sera publié demain".

 

Il semble que dès que l'on essaye de s'approcher un peu trop près de l'échiquier de jeu de l'oligarchie mondiale, les curieux sont vite mis hors jeu, à l'instar du journaliste un peu

Cette mort anodine  n’est pas sans rappeler la mort tout aussi « non suspecte » de david Kelly, informateur indiscret révélant les liens des États-Unis dans les attentats du 11 septembre.

A bon entendeur...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

petigrow 20/07/2011 18:03


Toujours évident que dès lors que l'on s'attaque à la pyramide du nouvel ordre mondial, l'on a de fort risque de finir au cachot...


La Libre dépêche


 indiscret, bavard, le Cancanier  ce site, libre où vous pourrez piocher l'information, celle là même que l'on essaye souvent de vous cacher ou de vous interpréter.