Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 23:58

Vol 253 : le silence d'Etat

(Vidéo importante en fin d'article)

Après la tentative avortée de l’étudiant nigérian de 23 ans, Umar Farouk Abdulmutallab, de faire exploser une bombe à bord du vol  253 de la Northwest,  les informations qui ont fait surface dans les cinq jours suivants indiquent manifestement une rupture extraordinaire dans le renseignement U.S. et la sécurité tant par son caractère que son amplitude.

Nombreux sont les éléments qui ne cadrent pas dans cette affaire du Nigérian qui voulait faire sauter l’avion au-dessus de l’Atlantique. Les autorités politiques et autres journalistes perroquets ont des réponses toutes prêtes, mais ne répondent jamais aux questions qui pourraient saborder leurs subventions, et entacher leurs relations politiques.
 L’attentat s’est-il vraiment déroulé de la façon dont ils nous le racontent ?
Un jeune Nigérian de 23 ans issu d’une famille aisée, Umar Farouk Abdul Mutallab, a essayé de faire sauter un engin dissimulé contre son périnée. L’engin fait long feu et il se blesse. Une fois capturé, il déclare appartenir à al-Qaida et s’être entraîné au Yémen.  Ça oui, C’est dans tous les médias du monde.

silenceImpossible d’ignorer pourtant les déclarations de deux passagers
– les avocats Kurt et Lori Haskell, mari et femme – qui rapportent sur l’antenne de Detroit Mlive avoir été les témoins d’une histoire incroyable. Au point que même CNN et d’autres médias se réveillent et veulent les interviewer.

Kurt Haskell raconte avoir remarqué Muttallab près de la porte d’embarquement, en même temps qu’un autre homme non identifié. Alors que Muttallab était plutôt mal habillé, l’autre, un homme sur la cinquantaine, portait un complet élégant et sans doute très coûteux, genre d'homme d'affaire influençable et au plaçé. (Non ce n'est pas un polar!).

Haskell l’a distinctement entendu demander aux agents chargés de recueillir les cartes d’embarquement si Muttalab pouvait  monter dans l’avion sans passeport.

Il affirme avoir vu Abdulmutallab s’approcher du comptoir d’embarquement à Amsterdam en compagnie d’un homme bien habillé, qui a dit à l’agent de la Northwest que le jeune Nigérien devait prendre l’avion sans passeport.

Haskell raconte que le vieil  homme a dit à l’agent : « il est Soudanais, on fait toujours comme ça » (On, qui??) et qu’ensuite, l’agent les a dirigés vers le bureau du directeur de la compagnie où ils ont pu discuter.

Normalement, en aucun cas ce passager aurait pu embarquer dans cet avion et combien même si un miracle avait soudainement poussé le directeur de la compagnie à le laisser monter à bord, chacun de ces faits aurait dû déclencher une multitude d'examens minutieux avant d’autoriser Abdulmutallab à embarquer.(surtout connaissant la paranoïa des américains quand un avion vient sur leur sol).

Il ne vous est certainement jamais arrivé de prendre un vol intercontinental sans avoir votre passeport en règle.
 […]

Et bien ici en revanche, un présumé Soudanais en provenance d’un pays inscrit sur la liste des “rogue states”, les États voyous, pays accusé depuis toujours d’accueillir de fantomatiques bases d’al-Qaida, réussit à embarquer sans ses papiers. Normal!

L’histoire a des relents bien plus nauséabonds qu’une simple “faille dans les systèmes de sécurité”.

De plus si Muttallab était inscrit sur la liste "antitérorisme" comme prétendu par le responsable du ministère de la défense, alors tout ceci ne tient pas debout, car le Département US pour la Sécurité intérieure a d’énormes capacités de traitement des données.

L'avocat Kurt Haskell perd alors de vue Muttallab et le revoit seulement “après qu’il ait, semble-t-il, tenté de faire d’actionner un engin explosif à bord de l’avion” quelques minutes avant d’atterrir à Détroit.

En plus de Muttallab, nous avons donc déjà deux personnes qui s’intéressaient à ses actions, le persuasif monsieur distingué, et l’impassible “stakanov” au caméscope. Qui sont-ils ?  [...]


Après la tentative avortée de l’étudiant nigérian de 23 ans, Umar Farouk Abdulmutallab, de faire exploser une bombe à bord du vol  253 de la Northwest,  les informations qui ont fait surface dans les cinq jours suivants indiquent manifestement une rupture extraordinaire dans le renseignement U.S. et la sécurité tant par son caractère que son amplitude.

Parmi les faits désormais connus figurent ceux-ci :

• Le père d’Abdulmutallab, un éminent banquier à la retraite et ancien ministre du gouvernement, s’est rendu à l’ambassade américaine à Abuja plus d’un mois avant l’attentat pour avertir les responsables de la CIA que son fils fréquentait des éléments d’Al-Qaïda au Yémen. Il leur a fourni des informations qui auraient permis de localiser le jeune homme et il a poursuivi plusieurs appels téléphoniques.

• Depuis quatre mois au moins, le renseignement américain détenait des informations provenant du Yémen disant qu’Al-Qaïda y préparait "un Nigérian" en vue d’un attentat terroriste.

• Les communications interceptées par la National Security Agency évoquant les préparatifs d’une attaque imminente et l’utilisation du  "Nigérian" corroborent les informations provenant du Yémen.


Par ailleurs, le billet de 2,800 $ d’Abdulmutallab a été payé en espèces apparemment à la dernière minute; et il n’a enregistré aucuns bagages, faisant le voyage transatlantique juste avec son sac à main. (normal).

Une fois encore, dans le sillage du 11 Septembre 2001, le gouvernement et les médias colportent l’explication que l’ensemble de ces dérives extraordinaires a résulté d’une simple négligence ou d’une "incapacité à relier les faits entre eux". Quand on sait que pour une barrette de cheveux métallique un peu trop pointue on est arrêté dans un aéroport dans une ville secondaire, c'est sur que là, c'est carrément normal de ne pas s'inquiéter pour le type!

Huit ans après le 11/9, avec toutes les questions toujours sans réponse entourant les attentats qui furent utilisés pour justifier une explosion du militarisme américain, la tentative de minimiser un événement qui a failli coûter la vie à 300 personnes par cette banale métaphore ne tient pas.

Dans les grandes lignes, la tentative d’attentat de la Northwest et les attentats du 11/9 sont étonnamment similaires. On pourrait même dire que ce qui est en cause est un modus operandi. Dans les deux cas, les personnes soupçonnées d’avoir mené les actions avaient fait l’objet d’enquêtes et de surveillance du renseignement américain et avaient été autorisées à entrer dans le pays à bord d’avions dans des conditions qui normalement auraient dû déclencher de multiples alertes de sécurité.

Tant hier qu’aujourd’hui, le gouvernement et les médias attendent du public qu’il accepte que tout ce qui était en cause ne fût qu’erreurs, et que fort heureusement il n'y pas eu de blessés ni de morts.

Mais pourquoi devrait-on partir du principe que le fait de ne pouvoir donner suite aux nombreux renseignements conduisant à Abdulmutallab soit simplement  dû à "d’innocentes" erreurs, et non à quelque chose de bien plus sinistre ?

 

Encore une fois, il semble que la majorité de la population soit prise pour un groupe écervelée à qui l'on peut faire gober un boa sans que cela ne gratte la gorge.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jo 01/02/2010 16:18


"Les libertés ne se donnent pas, elles se prennent."


marc 23/01/2010 01:42


Après l'Irak et l'Afghanistan voici venu le temps au Yémen de subir le dictat des forces impériales étasuniennes , après le pétrole, le gaz, après le 11 septembre, un attentat déjoué , faut il être
à ce point borné pour ne pas y prêter attention?
Combien de personnes en parle??


Lucie 21/01/2010 03:26


Merci pour cet article!!

C'est presque effrayant!
je me demande ce qui se passe pour qu’ils soient obligés d’augmenter à ce point leur cadence…

A priori, en plein rebond boursier (+22% en 2009) et malgré des prévis optimistes pour 2010, certains patron du CAC40 seraient en train de se débarrasser de leurs « stock options »…
Le ciel va t-il bientôt nous tomber sur la tête ???


Bingo 21/01/2010 03:21


Il apparait très clairement,dés maintenant,que la machine de guerre américaine ne s’est pas arretée avec OBAMA !! Le rouleau compresseur est en sur-régime…Les jours qui viennent risquent de nous
apporter de très mauvaises surprises,hélas! Et ce n’est pas par hasard du tout que les USA se concentrent sur le YEMEN ,en effet sur un plan géostratégique cet état est mitoyen de l’état d’ OMAN
et….de l’ARABIE SAOUDITE :cherchez l’erreur.Décidément les USA n’ont que mépris ,arrogance envers la terre entière.Leur but est unique :s’approprier les ressources énergétiques de tout le MOYEN
ORIENT quitte à provoquer un cataclysme mondial. Ils sont sur tous les fronts:regardez ce qui se passe en IRAN !!


La Libre dépêche


 indiscret, bavard, le Cancanier  ce site, libre où vous pourrez piocher l'information, celle là même que l'on essaye souvent de vous cacher ou de vous interpréter.