Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 19:17

Mais qui spécule sur les combustibles irradiés?

Parler du nucléaire c'est bien, parler de ses déchets c'est encore mieux, mais alors, qui parle de l'utilisation des stocks de combustible irradié? 

bombeDans la fin des années 1970 et début des années 1980, les besoins de stockage alternatifs des déchets nucléaires  ont commencé à augmenter pour ne pas dire s'imposer, lorsque les piscines censées contenir les "restes" des réacteurs nucléaires se sont finalement retrouvées pleines à craquer.

Totalement dépassé par ce phénomène croissant de déchets radioactifs, les industries, pour palier le phénomène de surplus des nombreux réacteurs nucléaires, ont commencé à remplir des entrepôts et même de simples plates-formes avec tous les combustibles usés. 

Qu'en est-il du combustible irradié stocké dans des fûts à sec?
Lorsque la piscine de combustible usé (véritable "grenier" de la centrale nucléaire) se remplit, quelques-uns des assemblages de combustible hautement radioactifs sont chargés dans des barriques et entreposés à l'extérieur sur des dalles de béton. Ces déchets sont exposés à l'air libre et nul besoin de s'inquiéter quant à leur avenir. 
 

L'uranium appauvri, une nouvelle obsession des lobbyistes militaires? Pour les centrales, il s'agit de se débarrasser ce qui pourrait ressembler à un surplus potentiellement gênant.

Moment opportun pour les industries de l'armement et du nucléaire pour faire de ces déchets un marché économique rare et rentable. Quoi de plus intéressant que de s'enrichir sur quelque chose dont l'on souhaite se débarrasser.C'est ainsi que certains déchets apparaissent sur le marché noir des armes, disponible pour qui aura le portefeuille assez épais et la langue assez discrète. Certains déchets peuvent mêmes être légitimement acheté aux États-Unis. 

Bien que la majorité de ces trafics de déchets nucléaires soient indécelables tant par leur ampleur que par la puissance des industrie qui les mettent en place, voici un petit exemple de traffic de substances radioactives .

Le danger de détournement du plutonium sur le marché noir est donc bien présent. La valeur du plutonium comme combustible est déterminée par le prix de l'uranium. En supposant que le prix de l'uranium naturel soit de 40 dollars du kilo, l'uranium-235 vaut alors 5 600 dollars du kilo. Puisque l'énergie obtenue par la fission du plutonium-239 et de l'uranium-235 est à peu près la même, la valeur du plutonium comme combustible peut être en principe évaluée à 5 600 dollars du kilo. Le plutonium créé dans les réacteurs commerciaux contient aussi des isotopes qui ne sont pas fissiles, diminuant ainsi la valeur du plutonium pour l'amener à 4 400 du kilo. Six à dix kilos de plutonium créés dans les réacteurs commerciaux suffisent pour fabriquer une bombe atomique. Quant aux armes à l'uranium appauvri, la quantité pour en fabriquer est bien moindre, ce qui facilite l'achat de missiles ou d'avions qui sont ensuite utilisés sur les champs de bataille comme l'Irak, l'Afghanistan et le Kosovo, la LYBIE.

 

Brûlante actualité

Faire confiance à l'industrie sans contrôle indépendant, comme c'est le cas de l'industrie nucléaire mondiale, c'est tout simplement courir à la catastrophe, et cela réserve forcément de mauvaises surprises pour l'avenir.

La France produit via Areva l'un des produits les plus dangereux existant jamais inventés par l'homme: le MOX, source de toutes les inquiétudes à la centrale nucléaire dévastée de Fukushima où les fuites radioactives se poursuivent sans discontinuer depuis plus de deux semaines. Le combustible MOX est un combustible nucléaire fabriqué à partir d'environ 7% de plutonium et 93% d’uranium appauvri. Le terme MOX est l'abréviation de : « Mélange d'OXydes »; car le combustible MOX contient du dioxyde de plutonium (PuO2) et du dioxyde d’uranium (UO2).

Mais la glorieuse France n'est pas seule dans ce navire rouillé qu'est le nucléaire. Aux Etats-Unis, il a été quantifié que les déchets nucléaires produits dans ce seul pays, champion du monde au même titre que la France et le Japon de cette industrie d'un autre âge, représenteraient 80.000 tonnes.

Le réacteur N° 3 à Fukushima, qui est rejette actuellement des déchets radioactifs dans l'atmosphère, fonctionne lui même au MOX, un combustible « extrêmement dangereux qui entre plus facilement en fusion que les combustibles classiques » il est « bien plus réactif que les combustibles standard », souligne Jean-Marie Brom, ingénieur atomique, directeur de recherches au CNRS. « Le plutonium, qui n’existe pas à l’état naturel, est un poison chimique violent. Le mieux aurait été de ne pas en mettre du tout », explique-t-il.

 

 

Les centrales "sécurisation minimale"et leurs déchets aux Etats-Unis

 

[Image]

Farley Nuclear Power Plant, Houston County, AL
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=31.22116,-85.11069&spn=0.002124,0.004292&z=19

[Image]

Palo Verde Nuclear Power Station, Maricopa County, AZ
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=33.387615,-112.856498&spn=0.004148,0.008583&z=18

[Image]

[Image]Arkansas Nuclear One, Russellville, AR
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=35.311275,-93.229814&spn=0.002027,0.004292&z=19

[Image]

Decommissioned Rancho Seco Power Reactor Facility, Herald, CA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=38.346103,-121.126869&spn=0.003896,0.006539&z=18

[Image]

San Onofre Nuclear Power Plant, San Onofre, CA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=33.370608,-117.55781&spn=0.004148,0.006539&z=18

Image below from Bing.com/maps
[Image]

Decommissioned Humboldt Bay Power Plant, Eureka, CA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=40.741703,-124.21152&spn=0.003764,0.006539&z=18

Image below from Bing.com/maps
[Image]

Decommissioned Fort St. Vrain Nuclear Generating Station, Fort St. Vrain, CO
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=40.248604,-104.871916&spn=0.003791,0.006539&z=18

[Image]

[Image]Demolished Haddam Neck Nuclear Power Station, East Hampton, CT
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=41.485266,-72.503081&spn=0.003721,0.006539&z=18

Two images below from Bing.com/maps
[Image]

[Image]

Millstone Nuclear Power Station, Niantic, CT
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=41.311827,-72.164442&spn=0.003731,0.006539&z=18

Image below by Bing.com/maps
[Image]

St. Lucie Nuclear Power Plant, Hutchinson Island, Florida
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=27.343752,-80.243239&spn=0.01765,0.026157&z=16

[Image]

Hatch Nuclear Power Plant, Baxley, GA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=31.928678,-82.341959&spn=0.008432,0.013078&z=17

[Image]

Idaho National Engineering and Environmental Laboratory, Idaho Falls, ID
Idaho Spent Fuel Facility and Three Mile Island Nuclear Plant (TMI) Debris
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=43.569276,-112.928917&spn=0.014396,0.026157&z=16

 

[Image]

[Image]

GE Morris ISFSI, Morris, IL
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=41.380812,-88.275258&spn=0.014909,0.026157&z=16

[Image]

Dresden Nuclear Generating Station, Morris, IL
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=41.389502,-88.265639&spn=0.003727,0.006539&z=18

[Image]

[Image]

Quad Cities Nuclear Power Station, Cordova, IL
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=41.720911,-90.306753&spn=0.007415,0.013078&z=17

Images below from Bing.com/maps
[Image]

Duane Arnold Energy Center, Palo, IA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=42.106811,-91.777548&spn=0.003685,0.008583&z=18

Image below from Bing.com/maps
[Image]

 

 

River Bend Nuclear Generating Station, St. Francisville, LA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=30.753468,-91.331808&spn=0.004269,0.008583&z=18

Images below from Bing.com/maps
[Image]

[Image]

Demolished Maine Yankee Atomic Power Company, Wiscasset, ME
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=43.954509,-69.692255&spn=0.003576,0.006539&z=18

[Image]

Calvert Cliffs Nuclear Power Plant, Lusby, MD
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=38.428844,-76.443537&spn=0.007783,0.013078&z=17

[Image]

Demolished Yankee Rowe Nuclear Power Plant, Rowe, MA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=42.727013,-72.926617&spn=0.007298,0.013078&z=17

[Image]

Demolished Big Rock Point Nuclear Power Plant, Petosky, MI
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=45.354912,-85.19523&spn=0.003491,0.006539&z=18

Image below from Bing.com/maps
[Image]

[Image]Palisades Nuclear Generating Station, Covert, MI
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=42.324668,-86.31211&spn=0.001836,0.00327&z=19

[Image]

Monticello Nuclear Generating Plant, Monticello, MN
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=45.332343,-93.849388&spn=0.003492,0.006539&z=18

Image below from Bing.com/maps
[Image]

Prairie Island Nuclear Power Plant, Red Wing, MN
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=44.62028,-92.636978&spn=0.014143,0.026157&z=16

[Image]

Grand Gulf Nuclear Generating Plant, Gibson, MS
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=32.009148,-91.045747&spn=0.004212,0.006539&z=18

[Image]

Image below from Bing.com/maps
[Image]

Ft. Calhoun Nuclear Generating Station, Ft. Calhoun, NE
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=41.519945,-96.078047&spn=0.007439,0.017166&z=17

Image below from Bing.com/maps
[Image]

Seabrook Nuclear Generating Station, Seabrook, NH
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=42.897747,-70.854648&spn=0.007278,0.013078&z=17

[Image]

Hope Creek-Salem Nuclear Power Plant, Lower Alloways Township, NJ
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=39.470317,-75.536537&spn=0.007669,0.013078&z=17

[Image]

Oyster Creek Generating Station, Lacey Township, NJ
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=39.815054,-74.202761&spn=0.003816,0.006539&z=18

Image below from Bing.com/maps
[Image]

Indian Point Nuclear Plant, Buchanan, NY
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=41.27164,-73.950289&spn=0.000933,0.002146&z=20

[Image]

[Image]FitzPatrick Nuclear Power Plant, Scriba, NY
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=43.520944,-76.398432&spn=0.007204,0.013078&z=17
(Obscured Google image)

Image below from Bing.com/maps
[Image]

McGuire Nuclear Station, Huntersville, NC
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=35.433142,-80.951123&spn=0.004047,0.006539&z=18

[Image]

Image below from Bing.com/maps
[Image]

Davis-Besse Nuclear Power Station, Oak Harbor, OH
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=41.595849,-83.086225&spn=0.00743,0.013078&z=17

 

[Image]

Decommissioned Trojan Nuclear Power Plant, Rainier, OR
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=46.041653,-122.8845&spn=0.003448,0.006539&z=18

[Image]

Limerick Nuclear Power Station, Limerick Township, PA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=40.224694,-75.588423&spn=0.003793,0.006539&z=18

[Image]

Susquehanna Nuclear Power Station, Berwick, PA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=41.092726,-76.150451&spn=0.003744,0.006539&z=18

Image below from Bing.com/maps
[Image]

Peach Bottom Nuclear Generating Station, Peach Bottom Township, PA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=39.753283,-76.262555&spn=0.003819,0.006539&z=18

Image below from Bing.com/maps
[Image]

Oconee Nuclear Station, Seneca, SC
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=34.79259,-82.89765&spn=0.008159,0.013078&z=17
(Google image blurred)

[Image]

Robinson Nuclear Generating Station, Hartsville, NC
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=34.403732,-80.158718&spn=0.008197,0.013078&z=17

[Image]

[Image]Catawba Nuclear Station, Lake Wylie, SC
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=35.055452,-81.068936&spn=0.002033,0.00327&z=19

[Image]

[Image]Sequoyah Nuclear Generating Station, Soddy-Daisy, TN
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=35.224004,-85.085107&spn=0.008116,0.013078&z=17

[Image]

Private Fuel Storage, Heal, UT

This facility seems not to appear on satellite photos.

[Image]
Source: http://www.privatefuelstorage.com/images/sitemap.gif

[Image]Vermont Yankee Nuclear Power Plant, Montpelier,VT
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=42.780138,-72.512367&spn=0.003646,0.006539&z=18

Image below from Bing.com/maps
[Image]

Surry Nuclear Power Station, Sourry County, VA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=37.163148,-76.684712&spn=0.007917,0.013078&z=17

[Image]

North Anna Nuclear Generating Station, Lake Anna, VA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=38.054472,-77.792962&spn=0.007823,0.013078&z=17

[Image]

Columbia Generating Station, Richland, WA
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=46.475119,-119.335953&spn=0.003421,0.006539&z=18

[Image]

Point Beach Nuclear Plant, Two Rivers, WI
http://maps.google.com/maps?t=h&hl=en&ie=UTF8&ll=44.285293,-87.545162&spn=0.003556,0.006539&z=18

[Image]

Repost 0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 22:28

"Si vous désirez avoir une image du futur , imaginez une  botte écrasant un visage humain... pour l'éternité" Georges Orwell

 

 

En pleine crise au Japon et en plein questionnement sur l'utilisation du nucléaire dans le monde, voici tout d'abord un petit rappel sur le nucléaire et son utilisation, puis l'évocation du scandale de l'utilisation des déchêts nucléaires dans l'insdustrie militaro-industriels aux mains des lobbyistes inconscients, qui financent un véritable marché de la mort.


015990_.jpgOn sait depuis longtemps que certains agissements irresponsables de l'homme hypothèquent très fortement le futur de la planète, ce n'est pas un scoop.

On pense par exemple à la course au pétrole, aux lois liberticides, à la culture à grande échelle sous la pression des lobbies des semences OGM qui viennent cancériser la biodiversité naturelle et transformer les agriculteurs en laquais des lobbies biotech, cultures dont la toxicité sur l'homme est de plus avérée.

Une autre grande menace très peu médiatisée pour l'instant pèse sur cette terre, il s'agit de la dissémination de l'uranium appauvri qui fait suite à son utilisation militaire sans limites en particulier par les armées occidentales.

La sagesse passe par la connaissance de la vérité, alors vous devez tout savoir sur le sujet...

 

De quoi est constitué l'univers ?
Petit rappel de vos cours de physique au lycée:

 Chaque atome de matière est constitué de 3 composants :
- des protons et des neutrons qui sont liés et qui constituent le noyau de l'atome
- des électrons qui tournent autour du noyau

L'univers matériel est constitué à partir de seulement 90 éléments de base que l'on trouve à l'état naturel.
Ces éléments sont classés dans le célèbre tableau périodique de Mendeleïev :

mendeleiev

Ce qui distingue ces éléments les uns des autres est le nombre de protons constituant leur noyau atomique, le plus léger l'hélium possède 1 proton et le plus lourd l'uranium en possède 92, ceux qui vont au dela de 92 ne sont pas stables.
Un élément donné peut présenter différentes variantes qui sont appelés des isotopes, nous ne rentrerons pas dans des détails trop techniques ici, les isotopes d'un atome diffèrent seulement par leur nombre de neutrons et d'électrons, le nombre de protons restant constant.
Les isotopes de par leur déséquilibre en nombre de particules sont fréquemment radioactifs, mais nous y reviendrons.


Le cas de l'uranium
Dans la nature, on trouve des gisements d'uranium à l'état naturel mais la teneur en uranium de ces gisements est de quelques kilogrammes par tonne de minerai extrait, la radioactivité est donc faible.
Cependant l'extraction de ce minerai dégage des poussières très dangereuses pour les mineurs en cas d'inhalation.
Voir ce rapport de la Criirad (format PDF) concernant les méfaits au Niger de la Cogema qui exploite les mines d'uranium.

Composition du minerai extrait des mines :
uranium_minerai

Après l'extraction du minerai, la première opération consiste à concentrer l'uranium de ce dernier pour obtenir un corps appelé "yellow cake" constitué de 75% d'uranium pur environ, la radioactivité commence cette fois à devenir très dangereuse dans certaines conditions.

Composition du "Yellow cake" :
yellow_cake

L'uranium pur est constitué de 2 isotopes dans une proportion de 99.28% d'Uranium 238 et 0.71% d'uranium 235.
L'uranium 235 (U235) est très fortement radioactif, on ne peut pas le manipuler manuellement, l'U238 est beaucoup moins radioactif mais pour autant il s'agit d'un matériau qui est très loin d'être inoffensif.


La radioactivité et ses effets sur la cellule
La radioactivité découverte par Becquerel est produite par la désintégration des noyaux atomiques qui éjecte des protons et des rayonnements à l'extérieur de la matière.
Au bout d'une certaine durée appelée période, la radioactivité d'un bloc de matière est diminuée de moitié.
Au bout de 2 périodes, la radioactivité est donc passée au 1/4 de sa valeur initiale.
Ces protons et ce rayonnement peuvent être très dangereux pour l'être humain en fonction de leur niveau d'émission et de la durée d'exposition.
En particulier, un proton éjecté peut traverser une cellule vivante située à courte distance en la perçant comme un baudruche ou pire atteindre l'ADN du noyau.
Cette cellule peut alors mourir ou être altérée génétiquement pouvant conduire à des cas de cancer ou des malformations s'il s'agit d'une cellule de l'embryon.


Uranium enrichi et uranium appauvri
L'enrichissement de l'uranium consiste à augmenter le taux d'U235 dans le produit fini.

Un Uranium enrichi avec un taux de 5 à 10% dans le produit final est utilisé comme combustible des centrales nucléaires.

Uranium enrichi pour les centrales nucléaires :
uranium_235-centrales

Il est également utilisé dans les bombes atomiques à fission nucléaire avec un taux d'enrichissement de 90% environ.

Uranium enrichi pour les bombes A :
uranium_235

L'une des techniques d'enrichissement consiste à séparer l'U235 et l'U238 à l'aide des fameuses centrifugeuses dont on parle beaucoup actuellement au sujet de l'Iran.
Après passage dans les centrifugeuses, on obtient d'un coté l'uranium enrichi à forte teneur en U235 qui sera utilisé et de l'autre coté un déchet appelé "Uranium appauvri" constitué à 99.7% d'U238 qui sera mis de coté.
Les pays qui ont une industrie d'enrichissement de l'uranium ont donc d'importants stocks d'uranium appauvri non utilisé (USA, France, Grande Bretagne).

Résidu = Uranium appauvri :
uranium_appauvri

Le point important est de noter que l'uranium appauvri n'est que 20% moins radioactif que l'uranium naturel concentré (Yellow Cake).

La période de l'uranium 238 est de 4.5 Milliards d'années, à chaque seconde 1 Kg d’UA est le siège de 40 millions de désintégrations nucléaires.
La durée pour transformer l'uranium appauvri en un corps inerte se chiffe donc en dizaines de milliards d'années !

Intérêt militaire de l'uranium appauvri
Depuis environ 20 ans, l'industrie militaire a découvert un grand intérêt tactique à l'utilisation de l'uranium appauvri dans les projectiles.
En effet, un obus renforcé à l'uranium appauvri possède une force de pénétration des blindages sans équivalent.

Voilà à quoi cela ressemble :

obus_U238

Obus perforant US M829 ; la flèche (en blanc) est composée d’un alliage d’uranium.

Le principe d'utilisation est donc le suivant :
le projectile est lancé à grande vitesse contre le blindé ou le bunker ennemi, la pointe renforcée en uranium appauvri perce le blindage grâce à son énergie cinétique puis l'obus explose à l'intérieur où se trouvent les occupants et les munitions, on imagine le résultat...

On trouve bien entendu toute la gamme de munitions depuis les cartouches gros calibres en passant par les obus puis les missiles.

 
L'exemple du célèbre avion avion A10 Thunderbolt "tueur de chars" possède une mitrailleuse gatling chargée d'obus à l'uranium appauvri qui a une cadence de tir de 3800 coups à la minute .
Et bien entendu, toute la zone au voisinage des impacts se retrouve fortement polluée à l'uranium qui va pénétrer dans le sol, de plus et il est important de le noter, la poussière radioactive sous forme d'aérosol peut stagner dans l'air avant d'être transportée par les vents et les courants.
Ces aérosols peuvent donc être inhalées ou avalées des jours, des semaines ou des années plus tard et pas forcément au voisinage d'une carcasse de blindé détruite.

Les armes à uranium appauvri ont été utilisées sur plusieurs champs de bataille comme l'Irak, l'Afghanistan et le Kosovo, la LYBIE.

 Le porte-parole de l'armée US Eric Daxon admet qu'environ 940 000 obus ont été tirés lors de la guerre du golfe correspondant à environ 300 tonnes d'uranium appauvri.
Cet uranium a été vaporisé en très fines particules radioactives.

Ces particules ont d'abord pollué le champ de bataille puis ont traversé le sol pour atteindre les nappes phréatiques.
D'autres particules se sont ensuite dispersées à grande distance sous l'effet des vents ascendants puis des pluies radioactives sont venues les renvoyer au sol.

La France a heureusement été épargnée depuis car on sait depuis Tchernobyl que les nuages radioactifs ne traversent pas nos frontières, (blague) tout comme la catastrophe japonaise, qui n'a aucun risque pour la santé des français et qui bien sûr ne mérite pas de remettre en question le nucléaire héxagonal.

Les personnes vivant dans les zones polluées ont alors été contaminées en respirant l'air chargé de poussières et en buvant de l'eau polluée par des particules d'uranium, le seul aspect quelque peu ironique de l'histoire est que ces particules ne font pas la différence entre les Irakiens et les soldats américains de la force d'invasion, ces derniers ont donc présenté ce que l'on a appelé pudiquement le syndrome de la guerre du golfe.


Effets constatés sur les populations
Les effets constatés sur les populations sont les suivants :
- multiplication par 15 des taux de cancers sur plusieurs années
- apparitions de cancers doubles ou triples dont certains inconnus
- très graves malformations chez des enfants dont la mère a été exposée aux poussières d'uranium appauvri (multiplication du nombre de cas par 30)

Sur 500 000 soldats US ayant participé à la guerre du golfe plus de 250 000 ont eu besoin de soins médicaux.
Les taux de cancer ont également explosé dans cette population et de nombreux cas de malformations similaires à ceux de l'Irak ont été constatés chez des enfants de soldats US conçus bien entendu après leur retour.

Taux de cancers dans la région de Bassora qui a subit de nombreux bombardements par des armes à l'uranium :
bassora

C'est arrivé près de chez vous
Voilà des images de bébés irakiens mal formés dont l'ADN des cellules de l'embryon a été touché par la radioactivité des poussières ingérées et stockées par la mère, attention, ces images sont dures à regarder :
Attention sensible s'abstenir, vraiment...
Vous remarquerez que l'un des clichés concerne un bébé américain né sans bras issu d'un père vétéran de la guerre du golfe.

CONCLUSION
Voici la chaine "ali-mort-aire" de l'uranium entre son extraction et ses effets finaux :

cycle_de_la_mort

Les données scientifiques ainsi que les faits résumés ici démontrent amplement les terribles effets induits par l'utilisation des armes à l'uranium sur les populations civiles.
Par ailleurs, les sols et les nappes phréatiques dans les zones de guerre sont pollués ad vitam eternam par les matières radioactives.

Il faudra bien qu'un jour, dans un an, dans 10 ans ou dans 1 siècle que les crimes de guerre, manipulation de l'opinion,  doublés de crimes contre l'humanité par les pays occidentaux , soient à juste titre, jugés et reconnus. Mais c'est Orwell qui a raison.  

Le lecteur devra conclure lui même sur cette étude réalisée en lieu et place des journalistes d'investigations, métier qui n'existe plus depuis bien longtemps dans les médias.
(Bien sur la France n'est de loin pas un pays exemplaire, et oui...l'armée française possède également des munitions à l'uranium appauvri...)

 

Planète de Merde

Repost 0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 13:25

Pour introduire mon propos et pour ceux qui ne sauraient pas ce qu'est le "projet Haarp", je vous invite à visionner un de mes précédents billets, présentant et expliquant globalement le sujet traité dans cet article (carte interactive en fin d'article)

Projet Haarp : Le climat sous contrôle

Vers une société psychocivilisée

 

  Hécatombe éléctromagnétique

«Une scène digne de la fin du monde. Vendredi, une demi-heure avant minuit, le soir de la Saint-Sylvestre, 8000 oiseaux morts se sont abattus dans les rues de Beebe, dans l'Arkansas aux Etats-Unis. Sur deux kilomètres de cette localité de 5.000 habitants, les rues étaient jonchées de cadavres ou de volatiles agonisants. Il s'agit de carouges à épaulettes, reconnaissables à leurs taches rouges à la base des ailes, et d'étourneaux. Les autorités sont pour le moment incapables d'expliquer cette hécatombe et espèrent que la nécropsie (l'équivalent d'une autopsie pour les animaux) des bêtes apportera une réponse. »

 

dddaf0fc-1729-11e0-9fb5-2ddf8cb2c56eLes scientifiques véreux priviligient la piste des feux d'artifice du Nouvel an. Une grotesque blague quand on regarde l'étendu des oiseaux morts et que l'on s'aperçoit que le même jour des milliers de poissons morts ont été retrouvés sur la cote la plus proche de cette même ville de Beebe. A moins que l'on est inventé des articfices capablent de suivre des milliers d'oiseaux en même temps à des altitudes improbables, et qu'en plus ils soient vétus de combinaisons hydrophobes leur permettant d'exploser aussi sous l'eau!! (rire)

83.000 poissons morts à 200 kilomètres de Beebe

«Les scientifiques de la commission du gibier et des poissons de l'Arkansas se veulent rassurants.

De tels incidents ne sont pas si rares. Ils sont souvent causés par de mauvaises conditions métrologiques comme la foudre ou de la grêle. Des tornades se sont notamment produites en Arkansas vendredi. Lors d'ouragans, il arrive que les oiseaux soient emportés par des rafales sur des kilomètres.

Cette énigme n'est pas la seule qu'auront à résoudre les services environnementaux de l'Arkansas. A 200 kilomètres de Beebe, 83.000 poissons, en majorité des malachigans, ont été retrouvés flottant à la surface de la rivière Arkansas, sur une étendue de 30 kilomètres. Des spécimens encore vivants mais affaiblis ont été retrouvés et envoyés en laboratoire.»

 

Après L'arKansas, c'est la Louisianne qui ramsse des oiseaux tombés du ciel... 

 

"Alors que les autorités américaines ont conclu lundi à une grosse frayeur qui aurait causé la mort de plus de 5.000 oiseaux dans la ville de Beebe, dans l'Arkansas, durant la nuit de la Saint-Sylvestre, de nouveaux cadavres ont été découverts marid en Louiisanne. Il s'agit de la m^me éspèce, des carouges à épaulette, mais cette fois pas de feux d'artifice qui auraient pu effrayer les oiseaux."


Après les hécatombes d'oiseaux tombés du ciel en début de semaine dans les Etats américains de l'Arkansas et de la Louisiane, c'est à présent l'Europe, et plus précisément une petite ville de Suède, qui est confrontée à un phénomène similaire: 

«Une centaine de choucas, tombés du ciel ont en effet été recensés à Falkoping, dans le sud-ouest de la Suède, où les vétérinaires tenter de trouver une explication à cet incident inhabituel, rapporte mercredi un journal local. Le phénomène a été constaté mardi soir, tard, selon le journal. La zone a été délimitée et des experts sont sur place, a expliqué Perry Malmberg, un porte-parole des services de secours, à la télévision suédoise.»


 

 

Black out atmosphérique

 

Les oiseaux et poissons sentent les changements de pression atmosphérique et les variations électromagnétiques.

Ils y sont ultra sensibles, et les ressentent quasi-instantanement tel un coup de foudre car ces informations sont très importantes pour leur vol, déplacements et équilibre.

Si l'on prend l'exemple du tsunami, il a été ressenti par les oiseaux largement avant… Et là, l'on retrouve des milliers de cadavres, à vrai dire qui ont été plutôt surpris vu le nombre de morts et vu l'étendu des dégâts.
Aucun phenomene meteo "naturel" n'expliquerait cela, surtout pour surprendre autant d'oiseaux qui maîtrisent l'air depuis des millions d'années...

Cela ne pourrait-être que induit par la main de l'homme, or n'existe t-il pas le projet Haarp, qui soit capable de changement global, et immédiat de multiples critères atmosphériques?

Quoi de plus intriguant qu'une vague de milliers d'oiseaux et de poissons morts quasi-instantanément?
Il devient urgent de se questionner sur le projet HAARP...

En 1999, un rapport de la sous-commission sécurité et désarmement du Parlement Européen mentionne que « le système militaire américain de manipulation ionosphérique, HAARP, lequel est basé en Alaska et ne représente qu'une partie du développement et de l'usage d'armes électromagnétiques à des fins de sécurité tant extérieure qu'intérieure, constitue un exemple d'une nouvelle menace militaire particulièrement grave pour l'environnement et la santé humaine au niveau planétaire ».

Le point 27 de ce même rapport mentionne « demande que soit établi un accord international visant à interdire à l'échelle mondiale tout développement et déploiement d'armes qui pourraient ouvrir la porte à toute forme de manipulation de l'homme.».
Or rien n'a été fait, aucun émissaire scientifique européen n'a été sur site (les Américains ne se genent pas pour en envoyer dans le cas de contrôles nucléaires).
On constate que jamais il n'y a eu autant de déréglements climatiques et que dire de ces oiseaux morts "effayé par les pétards du jour de l'an ou par un avion". On nous prend vraiment pour des moutons!
Ils est urgent de faire la lumière sur les activités de HAARP...

Parlement européen 

Notre organisme tout entier est régit par un fonctionnement électromagnétique, les ondes cérébrales sont électriques, le battement de coeur est électrique, la membrane de cellules a un potentiel de champ électrique, la division des cellules est électriquement influencée, la communication entre les neurones est électrique, et toutes les activités hormonales et enzymatiques sont réglées électriquement.
Même le modèle "produit-mécanique" de l'anatomie humaine et animale est essentiellement un modèle électromagnétique, parce que toutes les réactions chimiques impliquent le partage, en commerçant, ou échange des électrons ceci au niveau élémentaire.

Si l'on veut modifier un comportement, quoi de mieux que de le faire à l'aide des ondes à basses fréquences (ELF) qui provoquent la variation des flux ioniques et génèrent des signaux micro-électriques modifiant les informations et actions cérébrales.

Les ondes pulsées provoquent des variations de la tensions artérielle et modifient les flux d'ions de calcium, potassium et sodium.
En traversant la membrane cellulaire, ces derniers génèrent des signaux microélectriques qui se propagent dans un axone du système nerveux et informent le cerveau de ce qui se passe autour de nous.
Celui-ci déclenchera à son tour une action sur un muscle.
Or, il est parfaitement possible de moduler les impulsions d'un émetteur tel HAARP, non seulement au niveau du nombre d'impulsions par seconde et de leur durée mais aussi de leur amplitude. 

Pour essayer de comprendre ce qui se trame, voici une cartographie des morts d’animaux en masse, oiseaux et poissons confondus (car il est vrai que les deux espèces se ressemblent beaucoup en plissant les yeux, à tel point que comme le relayent les médias ce sont des feux d'artifices qui les ont touchés en plein vol!) répertoriés sur le territoire américain. Vous accéderez à cette carte intéractive ici.

Il apparaît comme urgent de faire la lumière sur les activités de HAARP...

Bientôt Gimli devra retourner dans ses mines pour vivre tranquillement

Repost 0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 00:37

Deux semaines après la fin du sommet de copenhague et de la plus grande spéculation climatique, voici un retour sur le climate gate et quelques explications de la pyramide spéculative écologique.

 

Le climat réchauffé par les lobbies financiers : le cas Al Gore

Al Gore au pays des mensonges, spécule avec ses meilleurs ami du GIEC ( Groupe d'Experts Intergouvernementale sur l'évolution du Climat ) le nouvel organe de propagande onusien.
Le cas de Al Gore est le plus révélateur, à la fois de l’escroquerie idéologique, des intérêts mondialistes financiers qui le sponsorisent et de l’imbécillité crédule de ceux qui lui offrent un auditoire. Ils sont d’autant plus dangereux qu’ils visent ceux qui se préoccupent justement du sort des générations futures – quel monde allons-nous laisser à nos enfants et petits-enfants ? En jouant sur leurs peurs et le pessimisme culturel dont ils sont imprégnés par les médias.

plan te monde billet 16347bAl Gore a été au départ de cette hystérie collective sur le CO2, hystérie de laquelle est née la taxe carbone, mais aussi, par exemple, le business des droits d’émettre du CO2.
Toute une industrie s’est mise en place pour tirer un maximum de profits avec cette histoire de droits à émettre le CO2. Étrangement, dans les plus importantes des boîtes de conseil en spéculation et "iinvestissement"  liés aux droits de polluer ainsi que dans les boîtes de notation de ces produits dérivés  liés au CO2 ;
l'on retrouve les conseillers des différents gouvernements, de l’ONU qui ont avancé l'idée de taxer le dit CO2 car il "réchauffe la planète".

(thèse grotesque réfuter et dans mes articles précédents voir 
Vous avez dit réchauffement climatique? (3) ).

Il n’est pas difficile de juger qui est Al Gore. Ce bon apôtre du réchauffement climatique et ce croisé de l’anti-pollution, depuis longtemps, possède la plus grande mine de zinc américaine au Tennessee, l’un des sites les plus polluants de tout le pays!!

Pire encore, Al Gore est l’agent intéressé des spéculateurs financiers de la City de Londres. Il est, de son propre aveu, un conseiller officiel du gouvernement britannique. Un réseau reliant le Premier ministre britannique actuel, Gordon Brown, l’ancien Premier ministre Tony Blair et le milliardaire à la retraite et ex-patron d’E-bay, Jeff S. Skoll, contrôle de fait Al Gore. Les principales sources de financement du documentaire d’Al Gore qui lui a valu son pris nobel de la "supercherie" sont présentés comme les « superstars de l’économie du changement climatique ».

Dans les faits, il s’agit ni plus moins que d’une officine de lobbying et de spéculation, utilisant l’argument du développement durable pour spéculer sur le CO2.

Aujourd’hui, Al Gore se vante de conseiller le gouvernement anglais en matière de réchauffement climatique.

Avant son film, au nom de la lutte pour le climat, Al Gore a mis en place un marché des droits de pollution au CO2. Il a utilisé le bon coeur des gens et le mal être du climat pour se faire de l'argent!!

Ils ont conçu le système des « droits de CO2 », et immédiatement après ont créé le « marché » des droits de CO2, sur lequel les multinationales et les Etats s’échangent des droits à polluer.

Autrement dit, les multinationales et les banques ont encore réussi à spéculer, sur le CO2 cette fois!!

Au cœur du système, il y a donc la création de droits à émettre du CO2, échangés sur des marchés à terme. Nous sommes loin des bonnes intentions morales de stopper le réchauffement climatique annoncé et affichées par les uns et les autres.
Il s’agit d’un nouveau moyen artificiel de prolonger la vie d’un système financier et monétaire international prédateur par des bouffées d’oxygène, ou plutôt d’oxyde monétariste malsain, qui ne font qu’accroître la taille de la pyramide spéculative et son caractère destructeur.

 

Climate Gate, le retour du profit écologique

 

Les révélations des pirates informatiques qui se sont introduits, fin du mois de novembre dans les serveurs de l’unité de recherche climatique (CRU) de l’université d’East Anglia (Royaume-Uni) ont discrédité une part de la profession et mis en lumières que certains scientifiques ne travaillaient pas vraiment pour la découverte de la vérité scientifique.


 

Voici une liste d'extraits d'e-mail pour le moins croustillants de conspiration.

Le site de skyfal donne une liste plus exhaustive.



From: Tom Wigley
To: Phil Jones Subject: 1940s
Date: Sun, 27 Sep 2009 23:25:38 -0600
Cc: Ben Santer

Phil,

Here are some speculations on correcting SSTs to partly explain the 1940s warming blip.

If you look at the attached plot you will see that the land also shows the 1940s blip (as I’m sure you know).

So, if we could reduce the ocean blip by, say, 0.15 degC, then this would be significant for the global mean — but we’d still have to explain the land blip.

I’ve chosen 0.15 here deliberately. This still leaves an ocean blip, and i think one needs to have some form of ocean blip to explain the land blip (via either some common forcing, or ocean forcing land, or vice versa, or all of these). When you look at other blips, the land blips are 1.5 to 2 times (roughly) the ocean blips — higher sensitivity plus thermal inertia effects. My 0.15 adjustment leaves things consistent with this, so you can see where I am coming from.

Wigley discute sur la manière de corriger le problème avec les températures de surface des océans dans le contexte de renforcer artificiellement le réchauffement, mais de manière plausible, soit en choisissant une valeur purement arbitraire (0.15) pour diminuer le pic de température des années 40. (1254108338)





From: Tim Osborn
To: mann@xxxxxxxxx.xxx,imacadam@xxxxxxxxx.xxx
Subject: Briffa et al. series for IPCC figure
Date: Tue, 05 Oct 1999 16:18:29 +0100
Cc: k.briffa@uea,p.jones@uea

Dear Mike and Ian

Keith has asked me to send you a timeseries for the IPCC multi-proxy
reconstruction figure, to replace the one you currently have. The data are
attached to this e-mail. They go from 1402 to 1995, although we usually
stop the series in 1960 because of the recent non-temperature signal that
is superimposed on the tree-ring data that we use. I haven’t put a 40-yr
smoothing through them – I thought it best if you were to do this to ensure
the same filter was used for all curves.

Tim Osborn discute comment les données sont tronquées pour empêcher une tendance apparente au refroidissement d’apparaître dans les résultats.

Illustration de cette tronquature ici. (0939154709)





From: Michael Mann
To: Phil Jones Subject: Re: IPCC & FOI
Date: Thu, 29 May 2008 08:12:02 -0400
Reply-to: mann@xxxxxxxxx.xxx

Phil Jones wrote:
>
>> Mike,
> Can you delete any emails you may have had with Keith re AR4?
> Keith will do likewise. He’s not in at the moment – minor family crisis.
>
> Can you also email Gene and get him to do the same? I don’t
> have his new email address.
>
> We will be getting Caspar to do likewise.
>
> I see that CA claim they discovered the 1945 problem in the Nature
> paper!!
>
> Cheers
> Phil

Phil Jones encourage ses collègues à supprimer les informations sujettes au FOIA (freedom of information act). (1212063122)





From: Phil Jones To: “Michael E. Mann”
Subject: Re: For your eyes only
Date: Thu Feb 3 13:11:46 2005

At 09:41 AM 2/2/2005, Phil Jones wrote:

Mike,
I presume congratulations are in order – so congrats etc !
Just sent loads of station data to Scott. Make sure he documents everything better this time ! And don’t leave stuff lying around on ftp sites – you never know who is trawling them. The two MMs have been after the CRU station data for years. If they ever hear
there is a Freedom of Information Act now in the UK, I think I’ll delete the file rather than send to anyone. Does your similar act in the US force you to respond to enquiries within 20 days? – our does ! The UK works on precedents, so the first request will test it.

We also have a data protection act, which I will hide behind. Tom Wigley has sent me a worried email when he heard about it – thought people could ask him for his model code. He has retired officially from UEA so he can hide behind that.

Jones dit à Mann que si McIntyre demande les données des stations sous FOIA (freedom of information act), il les supprimera plutôt que de les remettre. Il dit aussi qu’il va se cacher derrière les lois de protection des données. (1107454306)





From: Phil Jones To: “Michael E. Mann”
Subject: HIGHLY CONFIDENTIAL
Date: Thu Jul 8 16:30:16 2004

I can’t see either of these papers being in the next IPCC report. Kevin and I will keep
them out somehow – even if we have to redefine what the peer-review literature is !
Cheers
Phil

Phil Jones dit à Micheal Mann que lui et Kevin vont tout faire pour exclure 2 articles (qui ne vont pas dans le même sens qu’eux) dans le prochain rapport du GIEC, incluant la redéfinition du processus de relecture au besoin. (1089318616)





From: “Michael E. Mann”
To: Phil Jones ,rbradley@xxxxxxxxx.xxx, mhughes@xxxxxxxxx.xxx,srutherford@xxxxxxxxx.xxx,tcrowley@xxxxxxxxx.xxx
Subject: Re: Fwd: Soon & Baliunas
Date: Tue, 11 Mar 2003 08:14:49 -0500
Cc: k.briffa@xxxxxxxxx.xxx,jto@u.arizona.edu,drdendro@xxxxxxxxx.xxx, keith.alverson@xxxxxxxxx.xxx,mmaccrac@xxxxxxxxx.xxx,jto@u.arizona.edu, mann@xxxxxxxxx.xxx

This was the danger of always criticising the skeptics for not publishing in the “peer-reviewed literature”. Obviously, they found a solution to that–take over a journal!

So what do we do about this? I think we have to stop considering “Climate Research” as a legitimate peer-reviewed journal. Perhaps we should encourage our colleagues in the climate research community to no longer submit to, or cite papers in, this journal. We would also need to consider what we tell or request of our more reasonable colleagues who currently sit on the editorial board…
What do others think?
mike

I will be emailing the journal to tell them I’m having nothing more to do with it until they rid themselves of this troublesome editor. A CRU person is on the editorial board, but papers get dealt with by the editor assigned by Hans von Storch.
Cheers
Phil

Micheal Mann dit que des sceptiques ont réussi à publier dans la revue Climate Research. Il propose donc de cesser de considérer ce journal comme étant légitime (revue par les pairs) et encourage les autres à ne plus y soumettre d’articles ni de citer des articles de ce journal. Il rappelle qu’il faudra aviser leurs collègues les plus raisonnables qui siègent actuellement dans le bureau éditorial.

Jones dit qu’il va envoyer un courriel au journal pour leur dire qu’il ne veut plus rien savoir de cet éditeur problématique (un sceptique bien connu en Nouvelle-Zélande, Hans von Storch). (1047388489)




Il est temps de se réveiller quant à la nature de notre société.

 

Repost 0
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 23:15

Copenhague, le fantôme de la société marchande capitaliste dévoilé

 


“Si le climat était une banque, les riches dirigeants l’aurait déjà sauvé”.

 

flamme-eau2Les classes politiques ne peuvent plus rien faire face à la politique globale, la situation est grave, car tous les pouvoirs ont depuis un bout de temps été transférés à d'autres, (à la banque centrale, FMI, Union Européene), et 

n'est qu'illusion.

La politique à l'échelle des états n'est que cupide, mensongère et corrompue, dénuée de bon sens, qui se coupe du peuple tout en ayant pour seule occupation de “passer devant une caméra de télévision" .
Mis à part leurs rôles restreint dans la politique sociale du pays, les classes politiques ne sont que des pantins qui  n'ont plus de pouvoir face à l'omnipotence des multinationales capitalistes et de ses dirigeants.
L'exemple de Copenhague en est un exemple édifiant.

Sommet de Copenhague, décembre 2009, les politiques et scientifiques du monde entier se réunissent dans le but de trouver un accord sur la réduction des gaz à effet de serre afin de freiner le réchauffement climatique et de sauver notre planète.

Même si nous pouvons raisonnablement penser que le Co2 participe que faiblement (pour ne pas dire, "pas du tout") au réchauffement climatique (voir les articles et vidéos traitant de cette question dans la rubrique “climat”), le sommet de Copenhague s'est résolu être un échec, comme nous l'avions annoncé.

Mais il reste quelque chose à retenir de ce sommet, un souvenir d'un dévur de prise de conscience présenté dans un discours, peut être l'un des seuls discours valables pendant ce sommet.

Un discours qui est rentré dans les anales, un discours qui demeure vraisemblablement le plus proche de la réalité : le discours d’Hugo Chavez qui dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas.

Il fait le point sur les conséquences du capitalisme et le dénonce comme responsable du “désastreux panorama mondial”.

 

[Qui est Hugo Chavez ?

En Amérique latine, presque une personne sur deux vit sous le seuil de pauvreté. Au Venezuela, un homme affirme qu’on peut y mettre fin.

Certains l’accusent de tous les péchés : ‘populiste’, ‘dictateur’.. Cet homme, c’est Hugo Chavez. Les médias officielles nous le présente comme un dictateur dangereux. Mais la vérité semble tout autre.

Michel Collon, spécialiste de la question, écrivain et journaliste dit :

Dès que quelqu’un dérange, les médias lui collent une étiquette. Qui a pour fonction d’empêcher les gens de réfléchir aux problèmes, aux conflits entre des intérêts qui s’affrontent. C’est quoi, un « populiste » ? Quelqu’un qui flatte le peuple, en lui faisant des promesses qu’il ne peut tenir. Selon moi, cette définition vaut pour Sarkozy et les autres dirigeants européens : ils font des promesses en sachant qu’ils ne les tiendront pas.”


“Lorsqu’il arrive au pouvoir en 1999, deux Vénézuéliens sur trois n’avaient jamais vu un médecin de leur vie.

Depuis, « Chavez le populiste » a mis en place avec l’aide de médecins cubains des maisons médicales, non seulement dans les quartiers pauvres de Caracas, mais aussi dans les campagnes et les régions les plus reculées des Andes ou de l’Amazonie.

Il a aussi alphabétisé, en moins de deux ans, un million et demi de personnes. Le budget de l’éducation est passé de 3% à 9%. On a réussi à remettre aux études des gens qui avaient dû les interrompre à cause de la pauvreté. Aucun de ses prédécesseurs n’avait fait ça. A mon avis, beaucoup de peuples dans le monde aimeraient avoir de tels dirigeants populistes.
Avant, l’argent du pétrole servait à enrichir les multinationales.

Aujourd’hui, il sert à éliminer la pauvreté. Pour les riches, Chavez est donc le diable, couvert de péchés. Pour les pauvres, il incarne l’espoir.” 

Excepté le discours d’anthologie d’Hugo Chavez, Copenhague est un échec, car Copenhague est une arnaque, oui, une arnaque.

Les puissants dirigeants des pays riches ne comptent tout simplement pas réduire leur consommation pour 1 raison principale : le capitalisme est plus important que nos vies et que celle de notre planète.

Une 2ème raison à cet échec (et intimement liée à la 1ère), serait qu’un certain  nombre de personnes présent à ce sommet, savent très bien que la pollution dut  à l’homme ne représente qu’un facteur minime dans le réchauffement global se produisant actuellement, ce qui démotive d’autant plus à un accord..

Dans tous les cas, le discours d’Hugo Chavez au sommet de Copenhague, restera gravé tant il fait écho à la vérité d’un système se votrant corps et âme dans l’avarice. ]


Voici le discours d'Hugo Chavez:







Source : Pour un réveil des consciences sur la situation actuelle économique, prenez le temps de lire la vidéo, qui peut vous parraître longue mais qui est très objective:
  http://www.prisedeconscience.org/



Repost 0
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 22:54

Réalité ou fiction?

haarp1Sur un site du département américain de la défense (DoD) à Gakona, en Alaska, l'U.S. Air Force et U.S. Navy ont entrepris, en 1993, de faire construire une station de recherche sur les propriétés de l'ionosphère d'une puissance jusqu'ici inégalée: c'est le programme HAARP, High Frequency Active Auroral Research Program.

Pure recherche scientifique affirment les militaires; étape supplémentaire et risquée dans les tentatives militaires de manipuler l'environnement à des fins hostiles, rétorquent quelques scientifiques et des organisations indépendantes.

 

 

D'où les inquiétudes et la perplexité qu'il suscite, amplifiées encore par la langue de bois, ou les silences, des autorités militaires. HAARP n'est-il que la partie émergée de nouveaux projets militaires, préludes à une nouvelle course aux armements? HAARP risque-t-il de provoquer des dommages irréversibles ou majeurs à l'environnement et aux personnes? Ou bien n'y a-t-il vraiment aucune raison de s'inquiéter?

Plusieurs scientifiques et experts en armement ainsi que des députés du Parlement européen se montrent préoccupés, c'est un euphémisme, par le développement de ce projet.

Magda Haalvoet, une eurodéputée belge, chef de file du groupe des Verts au Parlement européen est en charge du dossier. Elle affirme même que ce type d'armement ("non lethal weaponery"), outre les conséquences écologiques désastreuses qu'il implique, "peut mettre en danger les libertés individuelles et la démocratie". Rien de moins.

 

 



Le projet Haarp (à lire en rapport avec le projet Haarp ,   La pensée, une entité malléable? )

 

haarp01A première lecture, rien ne distingue pourtant HAARP des installations de recherche ionosphériques déjà en fonctionnement. Sauf le gigantisme des puissances évoquées, et le contrôle exclusivement militaire du projet. D'où les inquiétudes et la perplexité de certains, amplifiées encore par la langue de bois, ou les silences des autorités militaires.

HAARP est-il seulement la partie émergée d'un nouveau mégaprojet militaire?

Les initiales HAARP signifient en anglais "High-frequency Active Auroral Research" (recherches dans le domaine des hautes fréquences appliquées aux aurores boréales.) De prime abord, derrière ces initiales un peu ésotériques, se cache un projet de 30 millions de dollars de cotisation annuelle que l'armée américaine présente comme d'innocentes recherches sur l'ionosphère.


Les installations de HAARP seront utilisées pour introduire une quantité, faible ou forte et précise, d'énergie dans un endroit déterminé d'une des couches de l'ionosphère afin d'étudier les processus physiques complexes qui se produisent dans ces régions de plasma naturel créées chaque jour par le Soleil. Selon les promoteurs du projet, les effets de cet apport d'énergie seront limités à un rayon variant de 9 à 40 kilomètres, en fonction de la fréquence d'émission et de l'altitude visée, à la verticale de la station HAARP.
Les émissions de HAARP ont pour objectif de faire réagir des particules chargées de l'ionosphère (électrons libres ou ions positifs), avec un champ électrique externe et artificiel.

L'injection d'une fraction de l'énergie émise par HAARP dans les particules ionisées qui constituent le plasma ionosphérique provoque un accroissement local de la température. A une altitude de 275 km, dans la région F2 dont la température dépasse 1.400°K 18, des expériences menées dans d'autres stations de recherche ionosphérique ont montré qu'il était possible d'accroître localement la température de quelque 30%.

Lorsque les électrons et les ions acquièrent ce supplément d'énergie, leur température augmente, ainsi que leur énergie cinétique: ils se déplacent donc plus rapidement. Dans la région F, cette mobilité accrue a pour effet de réduire la densité électronique.

Les caractéristiques du générateur HAARP agissant comme un transmetteur basse fréquence accordable sur une fréquence choisie, ouvre la voie à une large gamme d'applications possibles dont le sondage du sous-sol,
de la mésosphère, de l'ionosphère et de la magnétosphère.

En Hautes Fréquences, l'émetteur HAARP peut aussi agir comme un radar.


Le projet Haarp contribuer au développement d’un bouclier anti-missiles balistiques intercontinentaux, détruire des satellites par l’échauffement provoqué; opérer une différenciation entre les objets entrant dans l’atmosphère, tels que des missiles et les leurres, ou des astéroïdes;· améliorer les moyens de télécommunication, les interférer et les tronquer, interrompre les moyens de télécommunication sur de larges régions du globe; · modifier la structure chimique de la haute atmosphère et altérer les conditions climatiques à des fins militaires; influencer le comportement et les facultés mentales des individus, à des fins militaires, de maintien de l’ordre ou de contrôle politique (Explication dans le prochain article); affecter la santé des personnes et avoir un impact biologique sur l’environnement.

 

 


Les modifications de la biosphère à des fins militaires, ou à d'autres fins hostiles, sont interdites par une Convention de 1977, dite la Convention ENMOD. Pourtant, le concept de Environmental Warfare fait bien partie du langage et des manuels militaires. Depuis le début des années 90 cependant, alors que se développe aux Etats-Unis une Revolution in Military Affairs (RMA) sensée adapter les forces armées à leurs missions du 21ème siècle, les références aux techniques de modifications environnementales se multiplient.

A quoi ressemble Haarp sur le terrain ? Il s'agit d'une vaste installation qui s'étend sur plusieurs hectares, à Gakona, une petite localité au nord-est d'Anchorage en Alaska. Le coin n'est pas si perdu que cela puisque l'installation jouxte les immenses réserves gazières et pétrolières appartenant à la société Arco, par ailleurs propriétaire des brevets technologiques composant Haarp et "financier-écran" de ces équipements.

 

Les deux principaux instruments requis par les installations de Gakona consistent en un émetteur phased array haute fréquence et de grande puissance (appelé Ionospheric Research Instrument, IRI) utilisé pour stimuler de petits
volumes bien définis de l'ionosphère, et d'un radar à diffusion incohérente (Incoherent scatter radar, ISR) à haute fréquence (HF) qui est nécessaire pour la mesure de la densité des électrons, des températures des électrons et ions, de la masse des ions et de la vitesse des plasmas dans les régions stimulées ainsi que dans l'ionosphère
naturelle. L'efficacité de ces deux instruments, IRI et ISR, est complétée par un ensemble d'équipements développés pour les besoins du programme et considérés comme les plus modernes dans le domaine de la recherche géophysique: ionosonde HF (Incoherent IncidenceSounder, VIS), récepteurs ELF et VLF, magnétomètres, riomètres, un système LIDAR (LIght Detection and Ranging) et des caméras et spectromètres optiques et infrarouges pour l'observation des variations naturelles complexes de l'ionosphère au-dessus de l'Alaska ainsi que pour la détection des effets artificiels produits par l'IRI, le puissant émetteur HF.

 

 

 


Repost 0
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 00:06
Avant le climate-gate

terre.1Avant l'affaire du Climategate,  un rapport sur le changement climatique de l’Institut de recherche sur les impacts du climat de Potsdam, en Allemagne affirme que le réchauffement climatique est pire que prévu par le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) et pourrait atteindre 7 degrés en 2100.

Etrange révélation à quelques jours du sommet de Copenhague. L’idée est de faire monter la pression sur les décideurs politiques afin qu'ils cèdent aux sirènes de l'élite mondiale et de leur idéologie néo-lobbique.


Pour enfoncer le clou !C’est le quotidien "Ouest France" qui affiche en première page, une photo d’une ville sous les eaux et titrant   «  Le climat change, l’exode les menace ».
Les médias de masse , médias soumis à l'élite gouvernante , ont choisi la stratégie de la peur, de la tension afin de trainer les climatologues septiques dans la boue et de faire accepter à la population ce gros mensonge basé sur aucune preuve scientifique "non truquée" (rire).

Je vous invite tous à lire les articles précédents  " Vous avez dit réchauffement climatique?".



Un scandale qui dérange


A la manière du nuage de Tchernobyl, le scandale du climategate s’est arrêté aux frontières de  l’hexagone. Climategate, qu'est-ce que c'est ? Il y a plusieurs semaines des hackers ont récupéré des milliers de données, mails, dix ans de conversations entre scientifiques récupérées dans les ordinateurs d’un centre de recherche anglais. Aux Etats-Unis, et en Angleterre, l’affaire a fait l’effet d’une bombe. Certains mails laissent, en effet, supposer que des scientifiques se seraient entendus pour ne pas diffuser certaines informations qui allaient à l’encontre des thèses du réchauffement climatique.
Rappelons-le, le Cimate Research Unit (CRU) est une unité qui joue un rôle majeur au sein du Groupe Intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Il est le principal centre de recherche climatique de l’ONU et, à ce titre, intervient dans de nombreuses politiques publiques. Cette affaire aurait ainsi dû, naturellement, faire l’objet d’une analyse approfondie ou du moins susciter quelques questionnements quant à la véracité des faits scientifiques que l’on nous assène comme vérité absolue. Il n’en rien. Les médias français se sont largement attachés à passer sous silence cette affaire ou à en minimiser la portée.
Pourtant, l’authenticité des faits n’est semble-il pas à remettre en cause. Dans un communiqué de presse, l’Université d’East Anglia reconnaît non seulement avoir été piratée mais aussi que ces échanges sont bel et bien authentiques. La seule défense du GIEC a été de marteler que les e-mails et documents cités comme preuves ont été sortis de leur contexte. Malgré cela, étrangement, les médias continuent à remettre en cause l’authenticité de ces e-mails.


Pourquoi?


Les révélations des pirates informatiques qui se sont introduits, fin du mois de novembre dans les serveurs de l’unité de recherche climatique (CRU) de l’université d’East Anglia (Royaume-Uni) ont discrédité une part de la profession et mis en lumières que certains scientifiques ne travaillaient pas vraiment pour la découverte de la vérité scientifique. Bien au contraire les nombreux mails dévoilés exposent au grand jour que ces dits "scientifiques" travaillent pour les lobbies.
Mais surtout, cette affaire dévoile la volonté une fois de plus de grands groupes d'influence, de diriger les grands sommet, de garder un pouvoir absolu sur tous les fronts, et en plus de nourrir leur économie, de s'adonnent à mettre en place à petit feu, ce que eux même appellent "le gouvernement mondial" (cf Van Rompuy, Bilderberg, Rockefller).
L'enjeu est donc bien plus important.



Face à un tel scandale, face à cette tyrannie intellectuelle, nous ne pouvons pas nous taire.




Vidéo dévoilant encore la main mise du pouvoir sur les médias, même sur ceux qui veulent faire correctement leur travail.  Climate-gate ou la vérité qui dérange:




Repost 0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 14:08
I. Les différentes causes de variations du climat :

m-1252402513

L'activité volcanique


Le climat peut varier en fonction de l'activité volcanique. Une éruption volcanique envoie dans l'atmosphère du SO2 (un aérosol qui est un "refroidisseur du climat"), et si l'éruption est assez violente elle peut envoyer dans la stratosphère (une couche de l'atmosphère qui débute à 10 km du sol environ) des poussières qui obscurcissent un peu la lumière du soleil, et vont rester "en l'air" très longtemps (quelques mois ou années). L'une des théories pour expliquer la disparition des dinosaures, par exemple, a longtemps été une activité volcanique si intense qu'elle aurait obscurci le ciel en mettant des quantités considérables de poussières dans la stratosphère, ce qui aurait significativement refroidi la Terre et fait périr quasiment toutes les espèces à l'époque.
[En fait l'hypothèse qui tient la corde aujourd'hui est l'impact d'un météorite, qui aurait eu à peu près le même effet (plein de poussières dans la stratosphère), mais cela illustre qu'un changement climatique majeur peut déboucher sur une crise massive d'extinctions.]



La dérive des continents:

Sur de très longues périodes, le climat varie en fonction de la dérive des continents :
 c'est l'installation d'une plaque continentale au Pôle Sud qui a permis l'apparition d'une calotte polaire permanente, ce qui a un effet sur le climat planétaire dans son ensemble,
 La dérive des continents influe sur la forme des bassins océaniques, ce qui en retour peut modifier le parcours des courants marins, qui transportent plus ou moins d'énergie des tropiques vers les pôles.
La dérive des continents a aussi créé des chaînes de montagnes, qui ont assurément une influence locale importante sur le climat !



L'énergie solaire:


Le climat peut varier parce que la quantité d'énergie que le Soleil envoie sur la Terre varie. Cela même peut avoir plusieurs origines:
-l'énergie fournie par la machine solaire peut varier. Il y a quelques milliards d'années, par exemple, cette énergie était de 30% inférieure à l'actuelle, car le Soleil était plus jeune. Aujourd'hui aussi l'énergie que nous envoie le Soleil varie en permanence. Il y a par exemple un cycle de 11 ans, caractérisé par la variation du nombre de taches solaires, au cours duquel l'énergie solaire augmente et diminue un peu.
-sous l'influence de l'attraction des grosses planètes du système solaire, l'orbite de la Terre, qui n'est pas circulaire, se déforme un peu au cours du temps. Cela change la quantité d'énergie reçue du Soleil, ainsi que sa répartition sur la Terre. Sur le dernier million d'années, par exemple, ce sont les variations des paramètres astronomiques de la Terre qui ont engendré les glaciations et déglaciations de la planète.

Tout d'abord, "l'aplatissement" de l'ellipse que suit la terre autour du soleil varie au cours des millénaires, avec une quasi-période de l'ordre de 80.000 ans (c'est-à-dire que au bout de 80.000 ans on est dans une situation qui ressemble à un "retour à la case départ" pour ce paramètre).

action graph2









A cause de ce "cheminement" des moments où ont lieu les solstices et les équinoxes le long de l'orbite terrestre, tous les 13.000 ans il y a inversion de l'hémisphère présenté au soleil quand la Terre en est au plus près. Ce processus porte le nom compliqué de "précession des équinoxes". Il jour un rôle important, parce que les deux hémisphères (Nord et Sud) sont très différents : l'hémisphère Nord contient plus de terres, qui réfléchissent mieux la lumière que l'océan. Aussi, en fonction de l'hémisphère qui est présenté au soleil lorsque la distance est minimale, l'énergie absorbée en moyenne par notre planète sur l'année varie beaucoup.
action graph1


En pratique, c'est ce dernier effet qui engendre les variations les plus rapides de l'énergie solaire que nous gardons sur Terre, cette énergie conservée mettant en route la machinerie climatique ; cet effet est toutefois plus ou moins amplifié selon ce qui se passe pour les autres paramètres astronomiques de la Terre.
Ces diverses variations astronomiques, qui se répercutent plus ou moins vite sur le climat terrestre, ont engendré le cycle des glaciations sur les dernières centaines de milliers d'années.



Composition de l'atmosphère et l'explication du CO2:


Le climat peut varier par suite d'une modification de la composition de l'atmosphère.
Mais attention, explication...
La définition d'un gaz à effet de serre est à la fois très simple et très compliquée pour le profane : un "gaz à effet de serre" est tout simplement un gaz présent dans l'atmosphère terrestre et qui intercepte les infrarouges émis par la surface terrestre. Ce sont des gaz dont nous n'avons pas entendu parler depuis "tout petit déjà" parce que ni l'azote ni l'oxygène, les deux gaz les plus abondants dans l'atmosphère (78% et 21% respectivement), que beaucoup d'entre nous connaissent, n'ont cette propriété (pour les amateurs de précisions, un gaz ne peut absorber les infrarouges qu'à partir de 3 atomes par molécule, ou à partir de deux si ce sont deux atomes différents. Du coup ni l'azote - diazote pour être précis - ni l'oxygène - dioxygène pour l'être tout autant - ne sont dans la catégorie des gaz à effet de serre). Mais une fois que nous avons dit cela, quels sont ces gaz exactement ? Et l'homme en est-il le seul émetteur, comme le sous-entendent parfois certains propos entendus dans les media ?


En effet, la vapeur d’eau est bien plus présente dans l’atmosphère. Le volume de vapeur d’eau est en moyenne 8 fois plus élevé que celui du CO2, et l’eau absorbe une plage de radiations infrarouges bien plus importante que le CO2 qui ne capte que deux étroites plages aux longueurs d’onde 4μm et 15 μm.

Les principaux gaz industriels à effet de serre sont les halocarbures (formule générique de type CxHyHalz où Hal représente un ou plusieurs halogènes) : il s'agit d'une vaste famille de gaz obtenus en remplaçant, dans une molécule d'hydrocarbure (le propane, le butane, ou encore l'octane, que l'on trouve dans l'essence, sont des hydrocarbures), de l'hydrogène par un gaz halogène (le fluor, le chlore...). Les molécules ainsi obtenues ont deux propriétés importantes pour nous :

-Elles absorbent très fortement les infrarouges, beaucoup plus que le gaz carbonique.
-Elles sont très "solides" : la partie la plus "énergique" du rayonnement solaire (les ultraviolets et les rayons cosmiques) met très longtemps à "casser" ces molécules une fois qu'elles sont dans l'atmosphère ; elles y restent donc (dans l'atmosphère) très longtemps.

La véritable question est : le C02 réchauffe t-il vraiment notre planète?

 

Dans l'alarmisme actuel on dit que le coupable du réchauffement climatique est l'homme et la société industrielle en rejettant du C02.

Bien que les industries rejettent des déchets inexcusables et intolérables, que je ne peux soutien en aucun cas ici, le C02 est un gaz qui décrit à tort comme participant à l'effet de serre.

Le CO2 forme seulement 0,034% de l’atmosphère et la portion de l’homme censée l’augmenter avec son industie et sa pollution quotidienne est bien plus petite.

Le CO2 pourrait être à tort défini comme un gaz majeur à effet de serre, son action est tellement minime qu'elle est presque totalement négligeable. Si il est aujourd'hui difficile de prétendre que le C02 est un gaz à effet de serre majeur, il important de ne pas tomber dans la désinformation climatique.


La véritable question est : le C02 réchauffe t-il vraiment notre planète?

Le CO2 ne peut pas être responsable des changements de la température, il est au contraire une conséquence de l’augmentation des températures.

Le CO2 est un gaz naturel produit par tout ce qui est vivant. Il assure la croissance des êtres vivants. Chacun de nous est fait de CO2.

L’homme n’est pas la source principale du CO2. Les volcans produisent chaque année plus de CO2 que tout ce qui vient des usines, des avions, des voitures, des camions et de toutes les autres sources de CO2 générées par l’homme, mises ensembles.

Plus de CO2 provient des bactéries et des animaux que de l’homme.

Mais où est la vraie source du problème ? Il faut regarder la troposphère. Il faut regarder l’activité du soleil. C’est le soleil, et non le CO2 ou n’importe quoi d’autre, qui est le moteur des changements climatiques. Il a un effet de refroidissement par les nuages.

L’intensité du champ magnétique du soleil a plus que doublé durant le 20ième siècle. Chaque année, le soleil se rapproche de la planète Terre. Je vous incite vivement à prendre le temps de visiter et d'éplucher cet article scientifique pertinent.

l'effet de serre remis en question




II. La supercherie de Copenhague

Les climatologues dépendant des institutions monétaires soumises à l'élite gouvernante ont besoin de dire qu’il y a un problème grave pour avoir des fonds de recherche. Ils ont intérêt à créer l’hystérie et la panique. Des dizaines de milliers de jobs dépendent de la théorie du réchauffement climatique par l’homme. C’est un big business. Une grosse industrie multinationale.



Explications:


La première semaine de ce sommet est largement dominée par les représentants des pays riches. Ils tentent de ficeler l’accord avec des subterfuges comptables du plus pur style Enron qui donneront l’impression de réductions, sans conséquences réelles. Il est essentiel de comprendre les manigances de cette semaine afin de bien saisir la réalité de l’accord qui sera annoncé à grand tralala la semaine prochaine.

L’astuce repose principalement sur une bizarrerie du système : un pays riche peut réduire ses émissions sans effectivement émettre moins de gaz à effet de serre. Comment est-ce possible ? Il peut tout simplement payer un pays pauvre pour émettre moins qu’il ne l’aurait fait autrement. En théorie, cela semble correct : nous avons tous la même atmosphère, donc pourquoi se soucier de savoir d’où viennent les réductions ?

Toutefois, le fait que les réductions d’émissions puissent être vendues entre pays introduit une extrême complexité dans le système. Tout devient rapidement (et volontairement) tellement technique que personne ne peut plus suivre les négociations en cours- aucun citoyen concerné, aucun journaliste, et même les groupes environnementaux qui bûchent à temps plein sur le sujet ont du mal. Il est facile de voir si votre gouvernement construit de nouvelles centrales au charbon, des aéroports ou des autoroutes. Mais vous ne pouvez pas voir si les réductions qu’ils ont "acheté" à l’autre bout de la terre se réalisent vraiment - en particulier lorsqu’elles reposent sur des projections d’augmentations qui auraient en théorie eu lieu si votre gouvernement n’avait pas casqué.

 

 

ll y a pire encore. Ce système très complexe œuvrant dans le noir est un cadeau fait aux lobbyistes des grandes entreprises, qui peuvent exercer des pressions ou corrompre les gouvernements pour qu’ils truquent le système en leur faveur, plutôt qu’en celle de l’atmosphère. Cela vaut le coup de passer en revue certaines de ces escroqueries qui vident le système de toute signification. Elles peuvent sembler fastidieuses ou techniques - mais elles sont une question de vie ou de mort pour les pays comme celui de Leah.


Astuce n°1 : l’air chaud. Les nations du monde se sont vues attribuer des permis d’émettre des gaz à effet de serre en 1990, lorsque l’Union soviétique était encore une grande puissance industrielle - de sorte qu’elle a reçu une dotation énorme. Mais l’année suivante, l’URSS s’est effondrée, et le niveau de sa production industrielle est tombé en chute libre – tout comme ses émissions de carbone. Ces gaz ne seront en définitive jamais émis. Mais la Russie et les pays d’Europe orientale les considèrent dans toutes les négociations comme « les leurs ». Maintenant, ils les vendent à des pays riches qui veulent acheter des « réductions ». Dans le système actuel, les États-Unis peuvent en acheter à la Roumanie et dire ensuite qu’ils ont réduit leurs émissions - même si elles ne sont rien d’autre qu’une fiction juridique.


Astuce n°2 : la double comptabilité. Prenons un exemple pour mieux illustrer ce point. Si la Grande-Bretagne paie la Chine pour qu’elle renonce à une centrale au charbon et qu’elle construise un barrage hydro-électrique à la place, elle se met alors en poche cette réduction des émissions de carbone dans le cadre des réductions globales par pays. En retour, nous sommes même autorisés à conserver une centrale au charbon chez nous. Et dans le même temps, la Chine tient aussi compte de ce changement dans le cadre de ses réductions d’ensemble. Donc, une tonne de réduction d’émissions de carbone est comptée deux fois. Cela signifie que le système entier est truffé d’exagérations - et le chiffre des réductions globales est une arnaque.


Astuce n°3 : les Forêts fictives - ou le processus que l’on surnomme de façon opaque le LULUCF (Land Use, Land-Use Change and Forestry : Utilisation des terres, changements d’affectation des terres et foresterie). Les forêts captent les gaz à effet de serre et les stockent hors de l’atmosphère ; aussi, de manière parfaitement judicieuse, les pays obtiennent-ils un crédit dans le cadre du nouveau système pour leur préservation. Il s’agit d’une mesure essentielle pour stopper le réchauffement planétaire. Mais les entreprises de l’exploitation forestière canadiennes, suédoises et finlandaises ont réussi à fait pression sur leurs gouvernements pour qu’ils insèrent une clause absurde dans les règles. Les nouvelles règles établissent que vous pouvez, au nom de la « gestion durable des forêts », couper presque tous les arbres – et ce, sans perdre de crédits. C’est kafkaïen : une forêt coupée n’augmente pas votre niveau officiel d’émissions ... même si elle augmente votre niveau réel d’émissions.


Il existe des dizaines d’autres exemples de la sorte, mais vous et moi serions plongés dans le coma si je les répertoriais tous. Ce choix est délibéré. Ce système a été rendu volontairement incompréhensible parce que si nous, les citoyens ordinaires, le comprenions, nous en serions consternés. Si ces négociations étaient menées en toute bonne foi, ces échappatoires seraient balayées en quelques secondes.

Et en plus, les pays riches refusent catégoriquement que ces maigres réductions soient juridiquement contraignantes. Vous pouvez les jeter à la poubelle en quittant le centre de conférence, et personne ne reviendra là-dessus. On nous arnaque sur la question la plus importante au monde, la stabilité de notre biosphère.




Le traité de Copenhague est influencé par les recommandations des scientifiques visés par le scandale, mais surtout par les grands lobbies financiers.
Qui dirige vraiment notre planète?
 Les bases de l’édifice climato-catastrophique s’effondrent et on s’apprête à tout bouleverser au nom d’un réchauffement fictif.
N’est-ce pas invraisemblable, voire carrément démentiel? Ces chefs d’État se fichent-ils complètement de savoir que le réchauffement est une arnaque? N’y en a-t-il pas un seul avec suffisamment de leadership pour réclamer que la lumière soit faite sur le Climategate ?
NON .
Ils ne sont que des pantins d'une élite gouvernante bien plus puissante : le groupe Bilderberg.




Réveillez VOUS!!!!!



Repost 0
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 21:59
Glaciation et variation climatique:

La fonte des glaces est uniquement périphérique aux pôles :

front du glacier

La fonte des glaces mentionnée à outrance est encore une information à prendre avec attention.Effectivement, l'on remarque une fonte des glaces sur la périphérie des pôles, laissant penser à un réchauffement de cette périphérie. Mais au niveu des pôles de l'artique et de l'antarctique c'est l'inverse, les glaces augmentent en épaisseur.

Tous les gens qui ont fait de la thermodynamique savent que quand il y a un refroidissement sur la frontière de la zone d'échange il y a au contraire un rechauffement par la zone de transfert d'énergie.
Sur les zones de bordures, de transitions thermiques vous aurez une accélération de la fonte des glaces alors que le climat globale au niveau des pôles se refroidit.
La fonte des glaces a lieu à la jointure des états solides et liquides de l'eau.



60 cm de glace en plus au Groenland depuis 11 ans

Selon une récente étude du climatologue norvégien Ola Johannessen, publiée dans Science, la couche de glace à l’intérieur du Groeland augmente de 6,4 cm par an.

Selon la journaliste du Figaro Isabelle Brisson, « les Inuits sont menacés par le réchauffement » climatique. La preuve : à Iqaluit, la capitale de la province du Nunavut, au Canada, « la température tourne autour de zéro en ce mois d’octobre, alors qu’il fait environ -10°C d’habitude à la même époque. » « Cette “chaleur“ inhabituelle interdit à la banquise de se former », explique la journaliste, qui s’inquiète pour les Inuits, « aux premières loges face à deux conséquences du réchauffement climatique : la montée du niveau de la mer et les effondrements de terrain ».

Certes, la fonte de la banquise représente un problème majeur pour les chasseurs locaux, qui ne peuvent plus utiliser leurs traîneaux à moteur modernes. Mais elle n’a rien à voir avec la montée du niveau de la mer, puisqu’elle n’a strictement aucun effet sur ce phénomène.

Petite preuve scientifique d'un ami,  Robin SCHNEIDER, grand nageur, spécialiste des fluides et chercheur qui m'en a donné l'idée ...

Petite expérience, prenez un glaçon et verre d'eau et analyser la hauteur de l'eau avant et après la fonte du glaçon, AUCUNE différence!! On imagine que lorsque le glaçon va fondre, le verre va déborder … Mais non,car le volume d’eau produit par la fonte du glaçon vaut exactement le volume de sa partie immergée.(cf poussée d'archimède).

En effet, lorsqu’on plonge un glaçon dans un verre d’eau, la fonte du glaçon n’entraîne aucune modification du niveau de l’eau ; ce que sait n’importe quel étudiant en physique élémentaire.

L’hypothétique augmentation du niveau des océans ne pourrait provenir que de la fonte des énormes glaciers qui se trouvent à l’intérieur des terres, au Groenland, en Islande, en Norvège et sur la partie orientale de l’Antarctique.


Davantage de neige


Or, dans son numéro du 21 octobre 2005, la prestigieuse revue américaine Science vient de publier les résultats des travaux de l’équipe de Ola M. Johannessen (Université de Bergen, Norvège) sur les mesures altimétriques au Groenland, effectuées entre 1992 et 2003 par les satellites européens ERS-1 et ERS-2.

Les scientifiques norvégiens constatent « une élévation de 6,4 centimètres par an dans les vastes zones intérieures situées au-dessus de 1 500 mètres d’altitude ».

Sous cette limite, la glace a perdu en moyenne 2 cm d’épaisseur par an. Le bilan est donc largement positif, l’épaisseur moyenne des glaces ayant même augmenté de 60 centimètres en onze ans ! « Ce phénomène s’explique parfaitement par le fait que l’air froid formé au dessus de l’Arctique et exporté sous forme d’Anticyclones Mobiles Polaires (AMP) provoque le retour sur la face avant des AMP d’un air cyclonique venant du sud, chaud et humide. L’augmentation actuelle de l’exportation d’AMP est ainsi responsable d’une forte intensification des remontées d’air chaud (réchauffement à proximité du Groenland et dans la Mer de Norvège), d’une forte advection de potentiel précipitable, et de précipitations neigeuses accrues sur les hauteurs du Groenland, mais aussi des Alpes scandinaves », explique Marcel Leroux, auteur de Global warming : myth or reality, the erring ways of climatology, (éditions Praxis-Springer Verlag, 2005).

Il n’y a donc pas de réchauffement général au pôle, où alternent au contraire des secteurs plus froids et des secteurs plus chauds.

C’est ce phénomène qui est à l’origine des problèmes des Inuits, dont les habitations se situent dans un secteur où l’air remonte plus fréquemment du sud.

En Antarctique, on observe des disparités identiques : la glace la plus élevée de l’Antarctique se refroidit, tandis que le secteur ouest et la péninsule Antarctique, secteurs moins étendus, se réchauffent.

On assiste donc à la fois à une fonte très localisée (limitée aux secteurs « chauds ») des glaces de mer - qui par définition n’a aucun effet sur le niveau des océans -, et à une progression des grands glaciers (inlandsis) situés au Groenland et dans le continent antarctique... De quoi semer un peu plus la confusion dans le débat sur les conséquences du « réchauffement climatique ».

 

   

Alors, réchauffement?...

 

 

 

 

 

Je vous transmet ici un lien très riche en informations que je qualifierais d'excellent tant au niveau de sa recherche qu'au niveau de son objectivité scientifique.

Ce lien relate des relations entre la variation du climat et de la teneur en oxygène de l'atmosphère ainsi que de la grande influence du rayonnement solaire sur le climat.


Le lien est ici
Repost 0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 20:13

Après Climategate :

Le Climategate n'a finalement pas fait un flop : le principal scientifique mis en cause dans cette affaire de piratage d'e-mails, Phil Jones, directeur du Climate Research Unit de l'université d'East Anglia, vient de suspendre ses fonctions. Accusé d'avoir manipulé les données pour démontrer le réchauffement climatique, il avait dans un premier temps minimisé l'ampleur des révélations contenues dans les e-mails.

 Michael Mann, le directeur du Earth System Science Center, de l'université de Pennsylvanie, mis en cause par Phil Jones comme auteur d'une « astuce » destinée à « masquer le déclin des températures » a nettement pris ses distances. A propos de la demande de Phil Jones d'effacer des échanges d'emails, il dit : « Je ne peux justifier une telle action, je peux seulement supposer qu'il se sentait tellement attaqué [par les climato-sceptiques] qu'il a pris de mauvaises décisions, franchement c'est clair. »

L’hyper-simplification du GIEC reliant température et CO2, évite de poser la question de savoir s’il existe d’autres causes. L’observation des faits réels n’est pas la préoccupation majeure des théoriciens et des modélisateurs, qui ne cherchent pas à connaître l’évolution climatique réelle, ni ses mécanismes, qui n’en tiennent aucun compte dans leurs prévisions, alors que l’évolution réelle n’est pas celle qu’ils prédisent.

Cette focalisation, par défaut, sur l’effet de serre, est révélatrice de l’état de la discipline climatologique. En dépit de progrès considérables dans l’observation (par le satellite notamment) et dans le traitement (informatique), la discipline est dans une impasse conceptuelle depuis une cinquantaine d’années. Les modèles, en particulier, ne rendent pas compte des mécanismes véritables de la circulation générale, pourtant responsable de la transmission des changements climatiqu

Voila une idée reçue, ainsi qu'une confusion, que le réchauffement climatique est avéré.


Il s'agit d'un *consensus* de climatologues uniquement relayés par les médias.
Comment ce consensus est-il arrivé ? Par la publication des travaux d'*un* groupe de travail (GIEC) dont les données brutes proviennent d'*un* laboratoire. Cette unicité est scientifiquement à noter.
Et (depuis quelques années maintenant et de plus en plus), de nombreux scientifiques, dont les noms figurent sur les rapports du GIEC, s'en désolidarisent. Ils demandent, sans succès, que leurs noms ne figurent plus dans ces rapports.
Troisièmement, et tout aussi anormal : le laboratoire mis en cause récemment, refuse de publier ses données brutes, même à leur collèges scientifiques ! (malgré de demandes réitérées et ce depuis des années). Des actions en justice sont en cours pour contraindre ce laboratoire à fournir ces données publiques, mais il semblerait que le responsable de ce labo (Phil Jones) a déclaré les avoir en partie perdues.....
Tout ceci n'est pas secret, mais peu de gens le savent.


Pour revenir au réchauffement lui-même, qui est, dit-on avéré, sur quelle période de temps ? 100ans, peu probable ! 12ans, non il y a refroidissement ! 1000ans, non (optimum médiéval)

Dans tous les cas, le réchauffement climatique ne serait pas du au CO2.

Enfin pourquoi parler de confusion ? Eh bien parce qu'il y a là confusion entre "réchauffement ou pas" et "homme responsable ou pas" ? Et là c'est également et de plus en plus discuté. Les scientifiques sceptiques, longtemps étouffés médiatiquement, commencent timidement à obtenir le droit au débat qui a été clos (scientifiquement c'est une ineptie) dans ce qui tourne plus d'une religion que de la science.
Je ne saurais que vous conseiller la conférence (tout à fait accessible) récente d'un scientifique qui a été trainé dans la boue il y a quelques années et qui est maintenant de plus en plus écouté (comme d'autres) sur ce qui se passe sur notre planète.

http://www.js.univ-nantes.fr/14918022/0/fiche___pagelibre/&RH=1246367987292

Savez-vous qu'il y a quelques années, Vincent Courtillot a été trainé dans la boue et a vu ses crédits de recherche coupés pour avoir présenté le résultat de ses travaux ? On est bien loin d'un lobbyiste financé par des intérêts pétroliers.

(Gardons à l’esprit qu’il s’agit là, du "réchauffement dû à l’homme ou pas" et pas autre chose. Contester cette théorie ne signifie pas que l’on est pour la pollution des pétroliers, l’infection des nappes d’eau par les pesticides ou l’extinction des espèces, ou toutes sortes d’autres amalgames.)

Maintenant, si on suppose, comme le disent les climatologues "indépendants", que l’influence de l’homme dans un possible réchauffement est minime, alors on pourrait se dire "A la limite, si Copenhague est un succès, on va tous réduire nos émissions de CO2, ça n’aura que peu d’influence, donc opération neutre, ok pas de problème.".

Le point positif : les émissions de CO2 sont majoritairement issus de sources "fossiles" qui sont en quantité limitées sur Terre, donc limiter leur consommation et trouver d’autres sources d’énergie est une bonne chose, et sera probablement nécessaire, ne serait-ce qu’à long terme.

Un point négatif : réduire cette part va demander à nos économies occidentales fragiles un effort considérable, dont certains ne mesurent pas les conséquences. En ce qui concerne les pays émergents, on va leur demander de se priver en partie de leurs ressources naturelles. Pour eux c’est un simple suicide.
 
Cette histoire de réchauffement dû à l’homme est-elle entretenue artificiellement par certains lobbies dans le but de maintenir ces pays sous la coupe de l’occident ?


Des informations supplémentaires et approfondies sur le sujet, voici un extrait d'une radio libre qui le traite :

http://www.prisedeconscience.org/category/science



hey robin!! révolution!!
Repost 0

La Libre dépêche


 indiscret, bavard, le Cancanier  ce site, libre où vous pourrez piocher l'information, celle là même que l'on essaye souvent de vous cacher ou de vous interpréter.