Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 00:13

Le groupe Bilderberg se réunit cette année, au mois de juin, en Israel...N'est -ce pas étrange, dans un contexte d'ultra tension avec l'iran, que le lieu de rencontre de cette racaille capitaliste apatride se fasse en Israel?

Serait-ce un indice quant à la date du déclenchement de la guerre contre l'Iran ou un simple hasard?

D'autant qu'un rapport récent du CFR Conseil des Relations Etrangères , dominé par les plus gros thinks thanks mondialistes, préconise « qu’il est temps d’attaquer l’Iran », le CFR conseille vivement de procéder sans plus attendre à des frappes sur l’ensemble des installations sensibles du pays.

 

L'étau se resserre autour de l'Iran   
 

Tout est prêt pour le déclenchement d'une attaque contre l'Iran.
Depuis plusieurs années déjà, les Etats Unis ont des bases militaires qui encerclent complètement l'Iran comme le montre cette carte:



En novembre 2011, 9000 soldats américains sont arrivés en Israel, officiellement pour tester des systèmes de défense aériens contre d'éventuels missiles iraniens. Ca fait quand même beaucoup de monde pour des simples tests...
Au cours du mois de décembre 2011, la présence navale américaine s'est considérablement renforcée, avec 3 groupe aéronavals complets, ayant chacun son porte-avions, avec l'appoint de la Grande Bretagne et bientôt de la France, dont le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle est arrivé dans le détroit d'Ormuz début mars. Au total, c'est une concentration de forces inédite depuis la première guerre du Golfe en 1991, lorsque Saddam Hussein disposait encore d'une armée intacte.

Voici une carte du dispositif naval:


 

Fin janvier, les Etats-Unis ont envoyé un quatrième porte-avions.
Prix Nobel de la Paix, Barack Obama ne peut décemment pas commencer une guerre contre l'Iran, malgré les pressions du lobby militaro-industriel. Mais un bon prétexte pourrait tout arranger.
 

Enfin, ce 8 février, on apprenait que de grandes manoeuvres militaires américaines sont en cours sur la côte est des Etats-Unis, avec la participation de la Grande-Bretagne, du Canada, de la France, des Pays-Bas, de l'Espagne, et de l'Italie. 650 soldats sont présents avec notamment un navire de débarquement et des blindés. Cet exercice conjoint se déroule dans une situation fictive qui ressemble beaucoup à la configuration iranienne...

  Comme dit précédemment, fin janvier, les Etats-Unis ont envoyé un quatrième porte-avions,  oui, mais pas n'importe lequel... Il s'agit de l'USS Enterprise, leur plus vieux porte-avions, mis en service en 1961 et qui devait être envoyé à la casse dans un an. Propulsé par 8 réacteurs nucléaires, son démantèlement devrait être délicat et coûteux... sauf si il est coulé au large de l'Iran par une opération "false flag", une attaque qui serait attribuée à l'Iran et qui servirait de prétexte au déclenchement des hostilités, une opération similaire à celle du Golfe du Tonkin. L'attaque du destroyer USS Maddox attribuée aux nord-vietnamiens avait alors servi de prétexte pour déclencher la guerre du Viet Nam.

En cas de guerre contre l'Iran, les conséquences en chaine seraient dévastatrices. Tout d'abord une envolée des cours du pétrole qui parachèverait l'effondrement de l'économie mondiale, entrainant probablement une hyper inflation déjà encouragée par la création monétaire à tout va de la FED et de la BCE.
Quant à la guerre elle-même, elle risque de dégénérer rapidement en un conflit mondial, la Chine ayant déjà annoncé qu'elle entrerait en guerre contre les Etats-Unis si ils attaquaient l'Iran. Le conflit risque également d'impliquer la Russie, alliée tacite de la Chine avec laquelle elle a effectué plusieurs exercices militaires communs. 

Afin de ne pas bousculer la chine, devenu officieusement grande puissance mondiale, l'Occident a tout intérêt à user d'un nouveau mensonge tel que Pearl Harbor, obligeant ainsi les différents pays, sous pression de l'opinion public à condamner l'Iran, y compris la chine qui ne pourra accuser les Etats-Unis d'être à l'origine de l'attaque.

Les États-Unis, sont ils capables de sacrifier un porte-avions nucléaire afin de persuader le monde que la guerre contre l'Iran doit être menée?

A n'en pas douter...  


 

A mettre en parrallèle avec les 2 tours jumelles du WTC qui devaient être désamiantées pour un budget faramineux et dont le propriétaire avait pris une assurance contre une attaque terroriste quelques semaines juste avant... 

                                   300px-USS_Enterprise_(CVN-65).jpg

Aujourd’hui, les USA veulent la peau de l’Iran. Ce n’est ni le premier, ni le dernier pays qui subit leurs attaques.

Connaissant donc la méthode habituelle, on ne peut que s’inquiéter de l’envoi du vieux porte-avion Etasunien "USS Enterprise" dans le golf Persique. 

L’idée d’aller l’agiter sous le nez des Iraniens n’est pas totalement bête. Ces derniers pourraient se fâcher, s’en approcher et soudainement il explosera et coulera chez les méchants arabes...

 

Surveillez le USS Enterprise...

 

 

Merci à Syti

Repost 0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 23:14

Aléa j'ACTA est

ACTA : une offensive de plus contre les libertés individuelles

ACTA (pour Anti-Counterfeiting Trade Agreement ou accord commercial anti-contrefaçon) est un accord négocié secrètement de 2007 à 2010 par un petit "club" de pays (39 pays, dont les 27 de l'Union européenne, les États-Unis, le Japon, etc). Négocié plutôt que débattu démocratiquement, ACTA contourne les parlements et les organisations internationales pour imposer une logique répressive dictée par les industries du divertissement.

Le traité international de lutte contre la contrefaçon a été signé à Tokyo par 22 pays membres de l'UE, dont la France. Il doit encore être adopté par le Parlement. Si la Commission européenne assure qu'ACTA ne modifie pas la législation en Europe, celle-ci peine à convaincre en raison de l'opacité des négociations.

 

ACTA créerait de nouvelles sanctions pénales forçant les acteurs de l'Internet à surveiller et à censurer les communications en ligne. Cet accord est donc une menace majeure pour la liberté d'expression en ligne et est porteur d'insécurité juridique pour les entreprises de l'Internet. Au nom du droit des marques et des brevets, il pourrait également freiner l'accès aux médicaments génériques dans les pays pauvres.

i066x812.JPGLe Parlement européen a désormais une occasion ultime de rejeter l'ACTA...

Ce n’est pas seulement le téléchargement ‘pirate’ qui est visé par ACTA, mais bien l’ensemble du web 2.0 et de la capacité qu’a donné l’internet à tous de s’exprimer (sans même parler du logiciel libre)

L’obligation faite aux services web 2.0 de faire la police obligerait de facto la plupart des plateformes de blog à fermer, tout comme les autres sites proposant d’héberger gratuitement les contenus des internautes, réduisant ainsi délibéremment les libertés individuelles, la liberté d'expression, empêchant aux internautes de présenter des visions différentes de l'actualité, proposées par les médias du pouvoir.

 

 

ACTA : un accord qui ne respecte pas le droit européen, signé par l’UE

A peine nommé rapporteur, l’euro député socialiste Kader Arif a démissionné, dénonçant cet accord scandaleux sur la forme comme sur le fond. L’absence de transparence est totale et au nom de la lutte contre la contrefaçon, l’ACTA menace l’accès au soin des démunis comme les libertés sur Internet.

Kader Arif s’est fendu d’un communiqué très clair pour justifier sa démission « En tant que rapporteur sur ce texte, j'ai également fait face à des manœuvres inédites de la droite de ce Parlement pour imposer un calendrier accéléré visant à faire passer l'accord au plus vite avant que l'opinion publique ne soit alertée, privant de fait le Parlement européen de son droit d'expression et des outils à sa disposition pour porter les revendications légitimes des citoyens. »

Le Calendrier a été imposé par le PPE, le parti des droites européennes (de l’UMP à la CDU en passant par le parti d’Orban). Le parlement ne sera saisi qu’en février, alors que l’Union européenne a signé le texte jeudi, et que les négociations entre les Etats ont commencé en 2007

Le rapporteur dénonce la pression interne, le déni de démocratie : commencer à travailler en février pour terminer au mois de mai, le PPE veut qu’il y ait le moins de débat public possible. Déjà que les négociations sont restées complètement opaques depuis 2007.

Les députés européens s’en sont plaints à plusieurs reprises : aucune information, aucun accès au texte, aucun échange sur le contenu. « non association de la société civile, manque de transparence depuis le début des négociations, reports successifs de la signature du texte sans qu'aucune explication ne soit donnée, mise à l'écart des revendications du Parlement Européen pourtant exprimées dans plusieurs résolutions de notre assemblée. » précise le rapporteur.

Un accord qui prime sur le droit européen L’ACTA ne respecte pas le droit européen, comme certaines décisions déjà prises par la Cour de justice européenne. Mais cet accord international, s’il est adopté, primera sur le droit européen. L’ACTA concerne la mise en œuvre de la lutte contre la contrefaçon et les sanctions imposées. Le texte prétend compléter des résolutions de l’OMC, comme celle disant que dans certains cas, des Etats peuvent outrepasser des brevets si pour résoudre des problèmes de santé public, permettant de fait la création de génériques à bas coût. L’ACTA, en faisant l’amalgame entre générique et contrefaçon va l’annuler. Lire à ce propos ACTA : signature de l'accord sur la privatisation des savoirs L’Eurodéputé Kader Arif conclut : « Cet accord peut avoir des conséquences majeures sur la vie de nos concitoyens, et pourtant tout est fait pour que le Parlement européen n'ait pas voix au chapitre. Ainsi aujourd'hui, en remettant ce rapport dont j'avais la charge, je souhaite envoyer un signal fort et alerter l'opinion publique sur cette situation inacceptable. Je ne participerai pas à cette mascarade. »

Au passage signalons une nouvelle campagne d’Anonymous qui prouve à nouveau que le collectif ne fait pas que des « attaques ». Ils ont lancé l’opération : « appelle ton député » (#OpPhoneYourMEP), incitant les citoyens du monde entier à appeler leurs représentants pour les informer et les avertir de ce grave déni de démocratie.

 

 

Des parlementaires de gauche polonais s’en sont saisis et ont siégé au parlement avec les fameux masques de Guy Fawkes, devenus signature d’Anonymous (Via Telecomix).

suww660k-copie-1.JPG

Repost 0
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 17:05

Big brother is watching you:

 

La proposition de loi relative à la nouvelle carte nationale d’identité électronique (CNIE) a été votée le 7 juillet à l’Assemblée nationale, après que le Sénat est donné son aval le 31 mai...

Revenons un instant sur la polémique du « fichier des gens honnêtes », actuellement en débat au parlement à l’occasion d’un texte de loi qui préfigure la future carte d’identité électronique (CNIE). Destinée officiellement à « protéger l’identité » comme est censé le faire la « vidéoprotection » dans l’espace public, ce projet de loi devrait être définitivement adopté dans les prochains jours.

bons françaisLe but affiché de cette nouvelle carte d’identité est la lutte contre l’usurpation d’identité (évidemment..) Ce phénomène en constante augmentation et inquiète fortement les autorités qui veulent à tout prix défendre leurs chers citoyens de ce problème attristant.L'on sait depuis longtemps que les gouvernements cherchent à nous protéger de tous les malheurs qui pourraient nous arriver.

Les nouvelles mesures ne sont en rien des manipulations ou des contrats signés avec des lobbys du secteur biométrique, bien entendu. Tout cela n'est proposé que pour notre propre sécurité. 

La nouvelle carte d’identité intégrera deux puces électroniques. La première puce, dite “régalienne”, contiendra les données d’état civil (nom, prénom, sexe, date et lieu de naissance) ainsi que des données biométriques (taille, couleurs des yeux, empreintes digitales, photographie). La seconde puce, dite “services”, est destinée aux services et commerce électronique.

Pourquoi intégrer une puce commerciale à une carte d’identité ?

On peut d’ores et déjà s’interroger sur la présence de cette seconde puce, qui est, selon le texte, optionnelle. Pourquoi intégrer une puce “commerciale” à une carte d’identité ?

Serait-ce une campagne importante de lobbying de la part du secteur de la biométrie?

En effet, via le groupement professionnel des industries de composants et de systèmes électroniques (GIXEL), huit entreprises ont été auditionnées lors de l’élaboration du texte.

Bien entendu, il s'agit lors de la création d'un texte de loi, non pas de discuter des tenants et aboutissants avec la population, mais des bénéfices à tirer de la situation avec les multinationales concernées.

De l’aveu même du co-auteur de la proposition de loi, le sénateur Jean-René Lecerf, il y a “un petit problème éthique”. (petit? rire...)

Une fois de plus, au nom de la sécurité l'on va nous vendre de la technologie. Pour vendre de la vidéosurveillance, on a habillé la mariée en l'appelant vidéoprotection Les caméras devaient être le nec plus ultra pour éradiquer la violence urbaine, elle n'a fait que déplacer le problème. Les États Unis et l'Angleterre sont les pays les mieux équipés en caméras et ce ne sont pas les mieux à même de nous donner des leçons en matière de violence urbaine. Comme l'argent ne dort jamais, le business du repérage est maintenant dans la biométrie. A grand renforts de technologies complexes et de déni de l'humain, la société se fragilise en devenant paranoïaque.

Le système de fichier centralisé, lequel serait à “liens faibles”, c’est à dire qu’il serait impossible de croiser les données biométriques entre elles (évidemment) , “seule l’entreprise Morpho est capable de le faire”.

La société Morpho qui appartient au groupe Safran est une entreprise spécialisée dans la biométrie. Elle fait partie du GIXEL et a été auditionnée par l’assemblée parlementaire. De plus, on connaît la volonté affichée du gouvernement d’aider ce secteur industriel d’avenir dans lequel les entreprises françaises sont à la pointe. La présence d’une puce “services” dans la nouvelle CNIE s’inscrit donc très certainement dans un patriotisme économique.

 

Faisons marcher l'industrie française:

 

Le business de la biométrie est en plein boom : selon l'agence Markets & Markets, le marché mondial de la biométrie représentera 8,5 milliards d'euros d'ici 2015. Cette expansion se fait particulièrement sentir dans les pays émergents où les états civils, quand ils existent, sont souvent parcellaires.

L'Inde a ainsi lancé un vaste projet visant à constituer une base de données biométriques de ses habitants, remporté en 2010 par l'entreprise française Morpho, filiale du groupe d'armement et de défense Safran.

Dans son édition du 2 janvier, Le Figaro détaille. Ce « marché de l'identité » de 1,5 milliard de dollars – que Morpho partage avec une autre filiale de Safran – entend collecter les empreintes digitales et les scans de l'iris de 200 millions d'Indiens d'ici à juin prochain. A terme, elle recensera l'intégralité de la population du deuxième pays le plus peuplé du monde.

 

Jean-René Lecerf, sénateur du Nord (UMP), auteur [PDF] de la proposition de loi :

« Le sujet engage aussi des enjeux économiques, industriels. [...] Les entreprises françaises, en pointe sur ce domaine, veulent investir le marché français. [...] Elles ne vendent rien en France, ce qui les pénalise à l'exportation par rapport aux concurrents américains. »

« Un signal fort en faveur de notre industrie »

Même son de cloche du côté de Philippe Goujon, rapporteur du projet de loi à l'Assemblée nationale :

« Les principales entreprises [...] du secteur sont françaises, dont trois des cinq leaders mondiaux des technologies de la carte à puce, emploient plusieurs dizaines de milliers de salariés très qualifiés et réalisent 90% de leur chiffre d'affaires à l'exportation. [...] Le choix de la France d'une carte nationale d'identité électronique serait un signal fort en faveur de notre industrie. »

Le texte, l'on s'en rend bien compte, a été adopté sous la pression d’un lobby et aboutit à un fichage généralisé de la population que l’on peut juger disproportionné.

C’est d’autant plus inquiétant puisque le dernier fichier central et général de la population française fut instauré par le régime de Vichy en 1940 avant d’être détruit à la Libération.

“Un sujet complexe et délicat qui aurait mérité mieux que la présence de 11 députés“... 

Il apparaît alors légitime de se demander le sort que nous réserve les différents gouvernements, aux vues des récentes déclarations de guerre contre le cyber activisme, encore rare mouvement populaire internationale et sans leader luttant contre l'oligarchie mondiale, devenant très gênant et presque effrayant pour les pantins apatrides. 

Dans ces temps modernes, il ne serait pas surprenant de voir les mentors du gouvernements, créer une césure entre les citoyens, distinguant, honnêtes gens et terroriste. La peur de l'autre, et la création de confiance dans le fameux "Vous n'avez rien a vous repprocher" fait étrangement penser au roman 1984 de Geoges Orwell ou au manifique ouvrage d'Aldous Huxley, le meilleur des mondes.

 

A vrai dire, cette distinction portant sur la supposée « honnêteté » des gens sert un tout autre projet politique : conditionner M. Tout le monde à accepter sans rechigner l’existence même d’un fichier de population tentaculaire, et l’obliger à choisir son camps : soit tu es terroriste, néonazi ou pédophile (ou pourrais bien le devenir, sale petit pervers), soit tu es honnête et tu laisses les grandes personnes décider à ta place de l’existence même de ces bagnes numériques.

 

A bon entendeur...

 

Repost 0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 13:58

Quand les députés européens badgent et quittent le parlement...

 

jeux-argent

Une journée banale, payée 284€, en signant un bout de papier?

Non ce n'est pas une nouvelle publicité pour une banque en ligne ou le nouveau slogan de SARKOZY, mais une technique bien rodée chez les Euro-députés consistant à s'inscrire sur la liste de présence avant de repartir vaquer à ses occupations quotidiennes... Le tout pour un petit panier de 3408€ mensuel!

 

C'est l'histoire des démagogues grippe-sou demeurant au parlement Européen à Strasbourg, essayant gentiment de nous sortir de la dette que nous avons crée qu'ils ont engendré et engendre encore, pour un salaire mensuel de 14 727€.

Une télévision indépendante Allemande a essayé de s'introduire dans le parlement européen, autorisation et carte de presse en main, afin de mettre en lumière cette technique abusive... Mais comme l'on pouvait s'y attendre, les politiques sont omnipotents et intouchables.

 

Scandal en images:

 

Repost 0
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 14:25

Le gaz de schiste, nouvel eldorado des multinationales

 

Les gaz de schistes sont des gaz enfermé assez profondément (environ 3000m) dans des stratifications relativement résistantes. Certaines compagnies veulent les exploiter. Seulement, comme cela nécessite de faire un gros forage, puis de casser la couche de schiste (et dans le même un peu tout le sous sol autour) pour en libérer le gaz, ensuite d’introduire des quantités d’eaux énormes avec beaucoup de produits chimiques très agressifs, pour capter le gaz et le faire remonter à la surface. Sachant que lors de la remontée de ces eaux chargées en acides divers, il y a beaucoup d’infiltrations dans les sols à travers des micro-fissures crées lors l’explosion nécessaire pour casser la couche de schiste contenant le gaz. Il y a donc un risque de pollutions de sols et des nappes phréatiques.

Vous l'aurez compris, tout ce processus est positif pour l’environnement le profits de multinationales.

Or juste avant son départ Borloo a offert aux grandes compagnies exploitants les énergies fossile un gros cadeau : des permis d’exploitation de gaz de schistes un peu partout en France. Et la Lorraine n’en est pas exempte, même si le processus n’en est (officielement) qu’à la phase des prospections, c’est à dire des recherches de gisements, les exploitations ont déjà commencés sous le couvert de "tests" de fonctionnement.


images-copie-2.jpgEPL a annoncé le 16 septembre avoir trouvé 164,7 milliards de barils d'huile de schiste et 649.707 milliards de pieds-cubes de gaz de schiste dans le sous-sol lorrain.

Une quantité d'hydrocarbures non conventionnels qui ne serait pas exploitable sans utilisation de la fracturation hydraulique et qui donc ne devrait pas être exploité si la loi du 13 juillet 2011 est appliquée.

Dans le même temps, EPL qui espère pouvoir influer sur le gouvernement français afin qu'il revienne sur l'interdiction de la fracturation hydraulique . Interdiction qui ( vous n'êtes pas dupes) est présente dans les textes et dans la loi du mois de juillet pour rassurer l'écolo septique et le citoyen curieux, mais devant des valises de billets et un marché grandissant, les compagnies ne vont pas avoir bien longtemps mettre en route leurs exploitations. (Voir fin de l'article, l'analyse en détail de la loi)

 

Les impacts environnementaux sont énormes et désastreux. Les opérations de fracturation en plus d'utiliser des quantités astronomiques d'eau, utilise «de 80 à 330 tonnes de produits chimiques» souvent gardés secrets. «De ceux qui sont connus, plusieurs sont toxiques pour l'environnement et la santé humaine», note le rapport. 

 

Sans parler de ce qui remonte dans les conduites d'eau courantes, et des nappes phréatiques se chargeant des produits toxiques. Selon des analyses indépendantes menées par le documentariste américain Josh Fox,

l'eau polluée par ces produits dangereux et mortels (alors qu'ils sont annoncés comme étant quasiment "anodins pour la santé")  devient dans certains cas, inflammable. Oui vous lisez bien...

 


 


Voici une animation particuliérement bien faite, relatant du gaz sz schiste et de ses effets:

Merci à OWNI

http://app.owni.fr/gaz/

 

Comprendre la loi voté le 11 mai dernier:  «fracturation hydraulique» 

-La loi n’interdit pas les permis d’exploration ou d’exploitation des gaz et huiles de schiste

La loi se focalise uniquement sur ceux impliquant «des forages suivis de fracturation hydraulique de la roche». Autrement dit: tant qu’il n’y a que forage, tout est permis. Et au delà, ce n’est que la fracturation hydraulique qui est interdite.

-La loi n’interdit pas l’usage de techniques consistant à injecter de l’eau sous pression chargée de produits chimiques

La loi ne rend illégale que «la fracturation hydraulique». Il suffirait de renommer la méthode de fracturation hydraulique en «stimulation de la roche» comme cela se dit déjà chez les gaziers, et ces derniers peuvent reprendre tranquillement leur exploitation! C’est vrai que pour un juriste, tout est dans l’expression, dans la lettre de la loi. Défendre l’esprit de la loi est une toute autre paire de manche.

Un amendement du groupe SRC proposait pourtant d’interdire également «toute autre technique nécessitant d’injecter dans la roche-mère des adjuvants chimiques ou une quantité d’eau importante». Et pas d’explosion souterraine, faible ou puissante car les explosions font des failles par lesquelles s’échappent les matières toxiques que renferment le sous-sol: arsenic, matières radio-actives, cadmium, etc.

Mais c’est le camp de «l’innovation» technologique qui a remporté la manche, suivant l’idée selon laquelle le législateur doit laisser aux exploitants la liberté de développer d’autres méthodes que celle de la fracturation hydrauliques.

-La loi n’interdit pas l’exploitation d’hydrocarbures offshores

Le terme «non conventionnels» ayant disparu, les explorations et exploitations prévues au large de la Côte d’Azur ou de la Guyane restent parfaitement légales. La député Christiane Taubira était furieuse à juste titre que rien ne puisse être inclus dans la loi.

-La loi n’interdit pas l’exploitation des sables bitumineux

Tombant également sous le terme «hydrocarbures non conventionnels», les sables bitumineux ne sont ni mentionnés, ni visés par cette loi.

D'autant qu'il y a moins d'une semaine, la compagnie Australienne European Gas Limited a fait un communiqué annonçant cette découverte en moselle et en Lorainne.

 

-Une petite conclusion

Pourquoi n’irait-on pas s’amuser à exploiter le charbon comme on le fait dans les Appalaches qui sont parmi les plus anciennes montagnes du monde?

Là on rase les forêts en haut des montagnes, on brûle les troncs (pas le temps de le débiter et d’en faire quelque chose), puis on fait sauter le sommet de la montagne (jusqu’à détruire près de 200 mètres de cette montagne) à coup d’explosifs très puissants, pour extraire le charbon, ensuite on rebouche grossièrement et on jette le trop plein de terre, de rochers, de décombres variés qui sont toxiques par dessus bord dans les vallées.

Les rivières sont ainsi partiellement enterrées et complètement polluées. Les gens vivent dans le vacarme des explosions, la poussière, la pollution de l’air et le danger d’être écrasés par des rocs (un petit enfant a été tué ainsi pendant son sommeil).

L’image du cyclope, elle est là-bas, dans les Appalaches. Vous pouvez regarder ces photos sur le site anglophone Appalachian Voices et voir le désastre dans cet article de Wikipedia qui propose des photos: Mountaintop removal mining.

Heureusement que la loi n’interdit que la fracturation hydraulique (article 1) car il reste tant à expérimenter (article 4). Gaziers, pétroliers et charbonniers, unissez-vous pour l’empire du pire et du désastre.


 

Merci à Free Goupil

Repost 0
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 23:07

Le tout puissant Rupert Murdoch a eu beau multiplier les excuses. Elles n'ont pas suffi. A 80 ans, le ponte de la presse, américain d'origine australienne, qui se vantait d'avoir fait élire tous les premiers ministres britanniques depuis les années 70, est contraint au profil bas.

blood-and-paper-300x212.jpgEn effet après les révélations à scandale entourant l’ancien journal britannique News of the World, tout a pris une tournure des plus surprenante après l’annonce du décès du journaliste Sean Haore, le premier à avoir dévoilé les prétendues pratiques d’écoute téléphonique au sein du fameux journal.

Selon le site Internet du Guardian, Sean Hoare, l'ancien journaliste de News of the World à l'origine de nombreuses révélations dans l'affaire des écoutes téléphoniques, a été retrouvé sans vie à son domicile Watford, à environ 40 km au nord-ouest de Londres.

Sans parvenir à en préciser la cause les notables omnipotent font tout pour nous assurer que cette mort n'est pas suspecte, allant jusqu'à nous affirmer que l'homme avait des   problèmes d'alcoolisme et de drogues afin de nous démontrer qu'aucun lien ne peut être fait avec le tout puissant Murdoch.

Bien entendu, camoufler un meurtre n'a rien de suspect... Non rien...

Dans un article du New york Times, M. Hoare avait été cité à l’effet que les pratiques d’écoute téléphonique étaient fréquemment employées et encouragées .

 

 

 

Les soldats de l'ombre

 

Après l'alliance des groupes de hackers Anonymous et Lulz security afin de lutter contre un despotisme financier malsain, les voila à nouveau passé à l'action aujourd'hui pour s'attaquer à plusieurs sites du groupe de médias News Corporation.

Si les informations tombent aussi facilement, ce sont eux qu'il faut remercier. les opérations avaient un objectif simple: récupérer et diffuser le plus d’informations gouvernementales confidentielles possible, et attaquer les multinationales et autres cartels liberticides.

Afin de signer leur acte de piratage les soldats de l'ombre ont pirater l'ancien site du journal en y annoncant  la (fausse) mort de son fondateur Rupert Murdoch.

C’est à nouveau une véritable déclaration de guerre contre les institutions dominantes qui souhaite imposer leur shémas de société et leur loi sur Internet.

LulzSec a ainsi publié sur la page d'accueil du journal britannique l'information selon laquelle "Rupert Murdoch, le magnat des médias controversé, a été selon certaines informations trouvé mort dans son jardin", après avoir ingéré "une grande quantité de palladium", un métal utilisé dans les alliages dentaires. Blague faisant allusion au meurtre du journaliste couvert sous l'apparence grotesque d'une overdose.

Par la suite, les internautes tentant de visiter la page du Sun se retrouvaient sur le compte Twitter des hackers.

De plus, il était impossible de se connecter à la page de News International, la branche britannique de l'empire News Corporation.

"Nous avons pris possession du Sun/News of the World", a revendiqué le groupe dans un message sur twitter:  "Ce n'est que la phase 1 - attendez-vous à voir la vague déferler dans les jours qui viennent", ajoute le groupe."Nous sommes assis sur leurs e-mails. Un communiqué de presse sera publié demain".

 

Il semble que dès que l'on essaye de s'approcher un peu trop près de l'échiquier de jeu de l'oligarchie mondiale, les curieux sont vite mis hors jeu, à l'instar du journaliste un peu

Cette mort anodine  n’est pas sans rappeler la mort tout aussi « non suspecte » de david Kelly, informateur indiscret révélant les liens des États-Unis dans les attentats du 11 septembre.

A bon entendeur...

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 16:35

Commençons par un petit rappel...

 

Le 11 septembre, "attentat" meurtrier perpétré au États unis tue environ 3000 personnes, et la vague de la lutte contre le terrorisme au moyen Orient résonne dans tout l'occident d'un même son de cloche.

Tous les pays y montre une volonté de réduire l'insécurité et de se venger des méchants islamiques....

Mais en réalité , n'existe t-il pas des intérêts plus profonds et plus pervers que trouvent tous ces pays dans cette lutte contre le terrorisme?

OilSmokeMirrors_s.jpgEn y regardant bien, les attentats du 11 septembre 2001 ont remodelé toute la sphère géopolitique. Ils sont à l'origine de deux guerres (Afghanistan et Irak) et d'un profond remodelage de la géo-politique mondiale. Sans ces attentats, pas de guerres en Irak ni en Afghanistan, pas de bases militaires américaines construites au moyen-orient, qui par le plus pur des hasards est en réalité la région pétrolifère numéro 1...

Les suites des attentats du 11 septembre 2001 ont apporté un bénéfice incalculable aux américains, confirmant leur place de leader sur le marché mondial du pétrole et les plaçant de manière stratégique à la tête des Etats les plus intéressant du moyen orient.

D'ailleurs, de leur propre aveu, la région du monde actuelle où le business est le plus important et lucratif est l'Irak. L'Irak, dont une partie énorme de la population a été décimée par les américains sur un mensonge d'État ; la complicité de Saddam Hussein avec Oussama Ben Laden (FAUX) et la présence d'armes de destruction massive (FAUX). Comptez quelques 300 00 morts innocents en Irak.

 

Des complicités dans la presse :

Quelques heures après l’annonce d’Obama, la page d’accueil de Slate.fr est déjà remplie d’articles fouillés sur Oussama Ben Laden. Tout une série d'articles relatant ces faits et gestes, son histoire et des vidéos de ses diverses interviews. Enterrés par les médias depuis bien longtemps, il apparaît tout de même étonnant de le revoir en tête d'affiche comme par magie juste quelques heures avant l'annonce de sa mort. Chacun sait que les journalistes se lèvent vers 8 h, écoutent France Inter pendant une bonne heure et arrivent seulement ensuite au travail. Il n’est matériellement pas possible que ces articles aient été écrits le matin de l'annonce. La preuve est faite que les médias ont été mis au courant par le gouvernement américain de l’imminence d’une opération de communication annonçant la mort de Ben Laden.

 

Nous n'avons pas la moindre preuve que Ben Laden ait été tué hier comme le prétendent les américains !

Nous constatons par contre, comme pour les attentats du 11 septembre, des versions officielles qui divergent sans cesse...comme pour mieux embrouiller les gens qui n'y comprendront plus rien à force de livrer tellement d'histoires différentes sur un seul événement.

Avez-vous oublié que Bush, Rice, Rumsfeld, Aschroft, etc... ont soutenu "mordicus" que les attentats n'étaient pas du tout prévisible avant que ne soit dévoilé à la presse le PDB (Presidential Daily Briefing) du 6 août 2001 faisant état de l'imminence d'une attaque terroriste contre le WTC et le pentagone, et qu'il sont revenu sur leurs mensonges FLAGRANT en prétendant que le PDB ne mentionnait pas de menace terroriste particulière ou spécifique, alors que le titre de PBD était « Ben Laden déterminé a frappé les USA » ?

Le PDB en date du 06.08.2001, (soit daté de un mois avant les attaques terroristes) démontre que les autorités américaines au plus haut niveau sont informées des menaces d'attaques terroristes signées par les membres du groupe de Oussama Ben Laden. Si ce document montre l'incapacité de l'administration Bush, pour ne pas dire la volonté de laisser passer ces informations, il est surtout une preuve de la volonté de trouver une raison légitime et crédible aux yeux de l'opinion publique afin d'intervenir au moyen Orient.

Avez-vous oublié l'invasion de l'Irak et les 300 000 civils irakiens tués...sur un mensonge d'État de Bush ? A savoir des photos et prise de vues satellites des soits disantes armes de destruction massives.

Comment pouvez-vous donner autant de crédit à ces gens-là qui ont été pris en flagrant délit de mensonges, le mot est faible surtout lors du décompte macabre qui succède au mensonge ?

 

Si Ben Laden avait été annoncé mort en 2001 comme l'on fait les journaux libyens et égyptiens, un gros problème se serait posé. Effectivement,  les américains ont eu besoin de cette “icône” depuis 2001 comme un élément repérable permettant la cohésion des forces occidentales. Cette icône permet de légitimé une invasion de ces pays du moyen orient couvrant une guerre à la recherche du pétrole et du pouvoir. La question aujourd’hui est pourquoi n’a-t-on plus besoin de cette image? Est-ce que l’on passe à une autre séquence et laquelle.?Sa “disparition” fait-elle monter d’un cran l’insécurité? En ce moment aux États Unis la question de la dette devient cruciale et sous surveillance des agences de dotation...

 

Les questions sont posées

Repost 0
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 00:10

A voir d'urgence                                               (grande pensée pour Gollum)

 

Le 15 mars, Arte diffusait le nouveau documentaire de Marie-Monique Robin, Notre poison quotidien, après avoir traité, avec un certain succès, le thème des OGM dans le monde selon Monsanto,   la documentariste s’attaque maintenant à l’agroalimentaire en général. Elle a enquêté de manière approfondie et très documentée sur trois sujets en particulier :

  • les pesticides
  • l’aspartame
  • le bisphénol A (que l’on retrouve dans de nombreux plastiques). (vidéo en fin d'article)

 

9782707157706S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques, mais aussi sur les témoignages de représentants des agences de règlementation – comme la Food and Drug Administration (FDA) américaine ou l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) –, le film dénonce la puissance des lobbys pharmaco-agro-chimique.

"Cette grande enquête retrace le mode de production, de conditionnement et de consommation des aliments, depuis le champ du paysan (pesticides) jusqu’à notre assiette (additifs et plastiques alimentaires). Elle décortique le système d’évaluation et d’homologation des produits chimiques, à travers les exemples des pesticides, de l’aspartame et du Bisphénol A (BPA), et montre qu’il est totalement défaillant et inadapté. Elle raconte les pressions et les manipulations de l’industrie chimique pour maintenir sur le marché des produits hautement toxiques. Enfin et surtout, elle explore les pistes permettant de se protéger en soutenant ses mécanismes immunitaires par la nourriture, ainsi que le démontrent de nombreuses études scientifiques (décriées par l’industrie pharmaceutique)."

 

Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’après l’avoir vu, on a du mal à digérer.

On a du mal à digérer notamment parce que Marie-Monique Robin nous présente un monde occidental dans lequel l’agriculture intensive a tellement pris le dessus que nos agriculteurs ont du mal à réagir face aux différents accidents du travail dont ils font les frais.

Marie-Monique Robin revient aussi longuement sur la mise sur le marché de l’aspartame alors que des scientifiques prévenaient déjà la Food & Drugs Administration (FDA) que le rapport bénéfices/risques n’était pas bon. En effet, le bénéfice de l’utilisation de l’aspartame, s’il apporte un certain confort, présente aussi des risques d’effets secondaires et de cancers. Dans son enquête, Marie-Monique Robin explique aussi comment, Searle, la société pharmaceutique productrice de l’aspartame a réussi a imposer aux politiques la mise sur le marché de son produit.

Rendre publiques les données toxicologiques pour un meilleur fonctionnement

La digestion de ce documentaire est encore plus difficile quand on apprend comment les agences de sécurité sanitaire travaillent. Robin dénonce les méthodes de calculs de la dangerosité des produits. Elle explique que la DJA (la Dose journalière admissible par le corps d’un individu moyen de 60 kg), mesure utilisée par toutes les agences, est calculée de manière assez floue pour ne pas dire qu'elle est calculée en fonction des lobbys financiers. Basée sur des expériences sur les animaux, elle utilise un facteur de sûreté décidé arbitrairement par la FDA dans les années 60.

Pour mesurer cette DJA, les agences utilisent les données fournies par les industriels. Mais ces données sont protégées par une clause de confidentialité et ne sont accessibles qu’aux experts des agences. Il est donc impossible de vérifier le bon fonctionnement du système.

 

La dose ne fait plus le poison

La documentariste aborde aussi le problème du Bisphénol A (utilisés jusqu’à récemment dans les biberons) et du nonylphénol, hormones de synthèse utilisées dans certains plastiques qui entraînent des dérèglements hormonaux graves pouvant déclencher eux-mêmes des cancers (du sein et de la prostate par exemple). Ces substances jouent le rôle de perturbateurs endocriniens : elles ne sont pas toxiques au sens habituel du terme mais perturbent le bon fonctionnement du système hormonal et donc la fonction sexuelle et reproductrice.

baby-bottle.jpg

Pour les agences de sécurité sanitaire, la DJA est la mesure la plus importante, car elle permet d’autoriser la mise sur le marché agroalimentaire d’une substance. Et cette DJA s’inscrit dans la logique qui fait que c’est à partir d’un certain seuil qu’une substance est déclarée nocive. Mais l’action des hormones n’est pas proportionnelle à la dose injectée. Par exemple, une faible dose d’une certaine hormone peut avoir une action stimulatrice alors qu’une dose importante de cette même hormone peut être inhibitrice. Mais les industriels et les agences restent sur leur dicton “La dose fait le poison” et ne veulent pas tester de produits à très faibles doses.

 

 

 



Repost 0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 22:30

Wikileaks : les hackers contre-attaquent

Des pirates, regroupés sous le nom "AnonOps" et qui luttent contre la censure et les droits d'auteurs, ont lancé l'opération "Payback" (vengeance), selon leur site internet anonops.net.

"La première guerre informatique a maintenant débutée. Le champ de bataille est WikiLeaks", ont-ils indiqué.

anonymous-284x284Plusieurs sites internet, dont celui de MasterCard et de Visa, ont été la cible de ces attaques informatiques.Des défenseurs de WikiLeaks entendent ainsi mener des représailles après l'arrestation du fondateur du site controversé.

L'opération « Représailles »Payback», en anglais) est lancée.

Plusieurs sites en conflit avec Wikileaks ont fait l'objet d'attaques informatiques, qui consistent à inonder les sites visés de requêtes, afin de bloquer leur fonctionnement. C'est notamment le cas de Mastercard, dont le site est indisponible depuis plusieurs heures, ce mercredi.

Des soutiens de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks ont revendiqué dans un message Twitter la responsabilité des problemès technologiques de Mastercard. «Nous sommes ravis de vous annoncer que http://www.mastercard.com/ est hors service et que cela est confirmé», écrit sur le réseau social un groupe se faisant appeler Anon0ps et affirmant lutter contre la censure.

La société américaine a reconnu connaître «un trafic important» sur son site, précisant qu'elle tentait de restaurer le service mercredi. «Les problèmes techniques du site n'ont pas d'impact sur les consommateurs qui utilisent leurs cartes de crédit pour des transactions sécurisées», a précisé la société, qui avait suspendu mardi ses relations avec Wikileaks, en bloquant des dons en faveur du site.

 

Le parquet suèdois lui aussi visé

C'est également le cas de Visa, qui comme Amazon.com, Every DNS ou PayPal ont coupé les liens avec Wikileaks. Un groupe de pirates informatiques partisans de WikiLeaks et de son fondateur Julian Assange, «Anonymous», a annoncé mercredi soir sur Twitter le lancement d'une attaque coordonnée contre Visa. «Operation Payback. CIBLE: WWW.VISA.COM :: FEU FEU FEU !!! ARMES», disait le message d'Anonymous sur Twitter, sous le nom d'usager Anon_Operation.

Les-supporters-de-Julian-Assange-organisent-la-rip-copie-1Des membres d'Anonymous se sont engagés à lancer leurs attaques internet contre quiconque aurait «des objectifs anti-WikiLeaks».

PayPal, qui a rencontré des problèmes sur son site lundi, affirme n'avoir reçu aucune pression des Etats-Unis l'incitant à bloquer le compte de WikiLeaks. «Il s'agit d'un gel, pas d'une confiscation», assure le porte-parole de la société. Cette suspension pourrait durer «180 jours maximum».

Swiss PostFinance, département bancaire de la Poste suisse, a également fermé un compte de dons en faveur de WikiLeaks et a pris des mesures de protection afin de contrer une vague d'attaques.

Mark Stephens, principal avocat d'Assange à Londres, a démenti que le fondateur de WikiLeaks ait donné des instructions pour lancer des attaques contre d'autres sites internet.

Ces attaques s'inscrivent dans une vague de soutien à WikiLeaks après l'arrestation de son fondateur, Julian Assange, qui s'est livré mardi à la police londonienne. Actuellement incarcéré en Grande-Bretagne, il tente de s'opposer à une extradition vers la Suède. La justice de ce pays veut l'entendre après les accusations de viol et agression sexuelle portées à son encontre par deux Suédoises. Le site Internet et les e-mails de l'avocat des ces deux femmes ont été visés par une attaque informatique et le site du parquet a été rendu inaccessible par les mêmes pirates.

 

 

Voici la liste des zones secrètes protégées pas Les USA en france.

Un prochain article explicatif rendra compte d'une justification stratégique et militaire de ses sites protégés.

 

  bfe75ae2-012e-11e0-88e4-60a57eb6515e - Copie


Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 23:03

La machine à tremblements de terre


(vidéo en fin d'article)


Machine Pamir également appelée générateur MHD de Pavlowsky. Conçu par l'IVTAN Russe équivalent du Typhée Français conçu par le CEA.

Principe de fonctionnement : générateur MHD impulsionnel à rafale longue, un gaz chaud induit dans une tuyère génère des fréquences électriques permettant les vibrations des différentes couches terrestres.


Durant la Seconde Guerre mondiale des chercheurs néo-zélandais ont tenté d’élaborer une machine à provoquer des tsunamis qui puisse être utilisée contre le Japon. Les travaux furent dirigés par l’Australien Thomas Leech de l’université d’Auckland, sous le nom de code « Projet Seal ». Plusieurs expériences à petite échelle furent réalisées, en 1944-1945, à Whangaparaoa. Elles furent couronnées de succès.

Les Etats-Unis considéraient ce programme comme aussi prometteur que le « projet Manhattan » de fabrication d’une bombe atomique. Ils désignèrent le docteur Karl T. Compton pour faire la liaison entre les deux unités de recherche. Compton était le président du MIT. Il avait déjà recruté de nombreux savants pour l’effort de guerre et il était l’une des huit personnes chargées de conseiller de président Truman sur l’usage de la bombe atomique. Il pensait que celle-ci pouvait fournir l’énergie nécessaire à l’équipe de Leech pour provoquer de plus vastes tsunamis.

pamir2Les travaux de Thomas Leech furent poursuivis durant la Guerre froide. En 1947, George VI éleva le savant à la dignité de Chevalier de l’Empire britannique pour le récompenser d’avoir élaboré une arme nouvelle.

Le Projet Seal étant toujours un secret militaire, il ne fut pas révélé à l’époque qu’il était honoré pour la bombe à tsunami. Par la suite, les services US se sont appliqués à faire croire que ces recherches n’avaient jamais existé et que tout cela n’était qu’un leurre pour impressionner les Soviétiques. Cependant, l’authenticité des essais de Leech a été établie, en 1999, lorsque une partie de la documentation a été déclassifiée par le ministère néo-zélandais des Affaires étrangères. Officiellement les études ont repris aujourd’hui à l’université de Waikato.

Officiellement, à la fin de la guerre du Vietnam, les Etats-Unis et l’Union soviétique ont renoncé aux guerres environnementales (tremblements de terre, tsunamis, bouleversement de l’équilibre écologique d’une région, modifications des conditions atmosphériques -nuages, précipitations, cyclones et tornades-, modification des conditions climatiques, des courants océaniques, de l’état de la couche d’ozone ou de l’ionosphère) en signant la « Convention sur l’interdiction d’utiliser des techniques de modification de l’environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles » (1976).

Toutefois, à partir de 1975, l’URSS a ouvert de nouvelles recherches de Magnétohydrodynamique (MHD). Il s’agissait d’étudier la croute terrestre et de prévoir les séismes. Les Soviétiques étudièrent la possibilité de provoquer de petits séismes pour en éviter un grand. Ces recherches furent bientôt militarisées. Elles aboutirent à la construction de Pamir, la machine à tremblement de terre.

Lors du démantèlement de l’URSS, des responsables de ce programme décidèrent par appât du gain de passer aux Etats-Unis, mais leur recherche étant inachevée le Pentagone refusa de payer. En 1995, alors que la Russie était gouvernée par Boris Eltsine et l’oligarque Viktor Tchernomyrdine, l’US Air Force recruta les chercheurs et leur laboratoire à Nijni Novgorod. Ils y construisirent une machine beaucoup plus puissante, Pamir 3, qui fut testée avec succès. Le Pentagone achèta alors les hommes et le matériel et les transporta aux USA, où ils furent intégrés au programme HAARP.



Quand la réalité dépasse la fiction

Nous avons compris, en 2006 le système qui permettait d'utiliser un générateur MHD impulsionnel ( fonctionnant de 5 à 10 secondes, qui existe depuis un demi-siècle ), utilisé pour vaporiser l'eau d'une nappe phréatique à proximité d'une faille "transformante" pour en faire une arme sismique. C'est une technologie relativement rustique, et surtout, qui fait peur.

Réfléchissons. Ce système pourrait parfaitement être appliqué au fond des mers. Modifier un sous-marin en conséquence ne pose aucun problème technique. Ce même sous-marin pourrait avoir une allure très "banalisée". Les moteurs fusées utilisés, à propergol solide fonctionnent très bien dans l'eau et sous pression. Trente bars correspondent à 300 mètres de profondeur. Il serait ainsi parfaitement possible de mettre en oeuvre un générateur du type Pamir au voisinage d'une faille et loin des côtes. Son fonctionnement ne serait pas détecté en surface.

Nous découvrons ainsi une nouvelle forme de guerre discrete ( "silent war" ) où affaiblir un adversaire peut consister à créer chez lui des "phénomènes naturels" qui pourraient, avec des moyens étonnement modestes, créer chez lui des effets destructeurs, à grande distance, et même en différé. Quitte à proposer ensuite son "aide humanitaire", opération permettant éventuellement de reprendre un pays complètement en main.

 

 

Voici un documentaire fait par ARTE sur cette arme:

 

 

 

 

 

La vidéo en dit long sur les volontés des institutions militaires de mettre au silence ce genre d'arme "non létales" aux dangers immenses.


 Haïti

"Reconstruction d'Haïti : le casse-tête de la corruption" Le Monde

 

"Là où il y l’armée US sur le globe, il y a du pétrole."  Alors tapons "Haïti pétrole" sur Google...

Résultat...

Les scientifiques Daniel et Ginette Mathurin indiquent que le sous sol haïtien est riche en hydrocarbures qui ont été répertoriés par des spécialistes étrangers et haïtiens.  » Nous avons relevé 20 sites pétrolifères « , lance Daniel Mathurin précisant que 5 d’entre eux sont jugés de grande importance par les spécialistes et les politiques.

Le Plateau central, notamment la région de Thomonde, la plaine du cul-de-sac et la baie de Port-au-Prince regorgent d’hydrocarbures, dit-il ajoutant que les réserves pétrolifères d’Haïti sont plus importantes que ceux du Vénézuela, l’un des plus grands producteurs mondiaux de pétrole.

Interrogée sur la non exploitation de ces sites, Ginette Mathurin a précisé que ces gisements sont déclarés réserves stratégiques des Etats Unis d’Amérique. Tout en faisant état de son imcompréhension d’une telle situation, elle rapelle que la caraïbe est considérée comme l’arriere cour des Etats Unis.

 

 

Chavez craint une occupation américaine

nouvelles inernationales


Le président vénézuélien Hugo Chavez a accusé dimanche les États-Unis de vouloir occuper Haïti sous prétexte d’aider ce pays, terrassé par un violent tremblement de terre.

« J’ai lu que 3000 soldats allaient arriver. Des marines armés comme s’ils allaient en guerre. Mon Dieu, il n’y a pas pénurie d’armes là-bas! Des médecins, des médicaments, du carburant, des hôpitaux de campagne, voilà ce que les États-Unis devraient envoyer! » s’est exclamé Hugo Chavez dans son allocution télévisée hebdomadaire.

Le président vénézuélien ne comprend pas pourquoi les soldats américains ne sont pas dans la rue à aider les sinistrés. « Le bouquet, c’est que vous ne les voyez pas dans les rues. Est-ce qu’ils recueillent les corps? Est-ce qu’ils recherchent des blessés? Vous ne les voyez pas. Je ne les ai pas vus. Où sont-ils? » s’est-il interrogé.

Près de 10 000 soldats américains sont déployés en Haïti. À la demande du gouvernement haïtien, ils contrôlent l’aéroport de la capitale où arrive une importante aide internationale. De plus, un navire-hôpital américain doit arriver dans les jours à venir à Port-au-Prince.

Le président haïtien René Préval a fait savoir dimanche que les troupes américaines contribueraient à ramener l’ordre dans les rues, où la tension commence à être palpable en raison de la confusion dans laquelle se fait le ravitaillement des populations.

Les propos du dirigeant vénézuélien font écho à ceux de son allié nicaraguayen Daniel Ortega, qui avait lui aussi critiqué vendredi l’envoi de 10 000 militaires américains dans l’île caribéenne.

 


Véritable scénario digne d’un film ou réalité cachée? Les médias sont devenus les rois de la désinformation, quoi qu’il en soit, cela provoque toujours la réflexion suivante « et si c’était vrai? ».

Il s'agit nullement par la suite de soutenir l'une ou l'autre hypothèse, mais seulement de vous faire part des différents opinions, des polémiques éxistantes et des présupposés actuels.



Haïti et l’arme sismique 

La polémique par Thierry Meyssan

"La polémique ouverte par la publication sur notre site (Voltaire.org) d’un article évoquant la possible origine artificielle du tremblement de terre à Haïti requiert quelques précisions. Oui, l’arme sismique existe et les Etats-Unis, entre autres, la possèdent. Oui, les forces états-uniennes étaient pré-positionnées pour se déployer sur l’île. C’est insuffisant pour conclure, mais cela mérite réflexion."

Repost 0

La Libre dépêche


 indiscret, bavard, le Cancanier  ce site, libre où vous pourrez piocher l'information, celle là même que l'on essaye souvent de vous cacher ou de vous interpréter.